Attention : une vidéo de la Centrafrique illustre des faits au Mali

Attention : une vidéo de la Centrafrique illustre des faits au Mali

Dans un de ses reportages sur le Mali, France 24 a diffusé le 8 septembre 2022, une vidéo de la République Centrafricaine (Rca) en fond. Après vérification, cette vidéo qui montre des vidéo de la Centrafrique qui illustre des faits au Mali anciens membres du gouvernement du pays, est hors contexte.

Le reportage s’intitule : « Mali : l’armée et ses supplétifs russes accusés de viols dans la région de Mopti ». Il rapporte des allégations de violences sexuelles qui auraient été commises dimanche 4 septembre dans la commune malienne de Fakala, dans la région de Mopti, au centre du pays.

reportages sur le Mali, France 24 a diffusé le 8 septembre 2022

Cependant, en illustration, des téléspectateurs centrafricains étaient surpris de voir une vidéo montrant l’ancien premier ministre Firmin Ngrebada, les anciens ministres de la défense Marie-Noëlle Koyara et son collègue vidéo de la Centrafrique qui illustre des faits au Mali de la sécurité publique, le général Henri-Wanzet Linguissara lors d’une décente sur le terrain. La vidéo montre l’armée nationale de Rca, des forces onusiennes et alliés russes qui assurent la garde de ces autorités.

Les captures d’écran de ce reportage de 2 min diffusé le 8 septembre 2022 sur ses chaines et site web à 14h29 min, ont été partagées le même jour dans des groupes Whatsapp dont le Référentiel-info et Oubangui Médias fort de leurs 500 membres, accompagnées par des commentaires qui expriment l’étonnement des centrafricains, de voir l’image des anciennes autorités utiliser pour habiller un fait allégué de violence sexuelle au Mali.

Quelle est l’origine de la vidéo ?

Alors que les rebelles de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) occupaient plusieurs villes à l’intérieur du pays, le premier ministre de l’époque Firmin Ngrebada a décidé de rendre visite aux forces armées centrafricaines (FACA) du Bataillon d’Infanterie du territoire 6 (BIT6), déployées à Boali, une ville située à 96 Km de Bangui vidéo de la Centrafrique qui illustre des faits au Mali. Cette ville était la dernière cible des rebelles avant d’atteindre Bangui. La ville de Boali est stratégique car, c’est elle qui alimente en électricité la capitale Bangui et ses environs.

L’ancien Premier ministre Firmin Ngrebada et sa suite se sont rendus dimanche 10 janvier 2021 pour réconforter les troupes. Les personnalités étaient habillées en tenue camouflée et gilets pare-balles.

Le lendemain, le correspondant de l’Agence France Presse (AFP) Florent Vergnes fait diffuser son reportage. Ce reportage a été repris par plusieurs médias internationaux, dont Africanews.

Plus d’un an et six mois plus tard, cette vidéo réapparait dans un reportage au Mali. Les symboles de la Centrafrique et de la Russie sont visibles sur la vidéo.

 

des vidéo de la Centrafrique qui illustre des faits au Mali anciens membres du gouvernement du pays

Contacté le 14 septembre 2022, Ange Nomenyo, correspondant de France 24 installé en Côte d’Ivoire et couvrant le Mali n’a pas répondu à notre sollicitation.

La Centrafrique et le Mali partagent un contexte similaire avec les interventions russes aux côtés des forces nationales pour combattre les djihadistes et les groupes armés. Dans ces pays, des exactions sont rapportées, impliquant les forces nationales et les russes.

Même si la Centrafrique et le Mali connaissent à peu près un même contexte de vidéo de la Centrafrique qui illustre des faits au Mali crise avec l’intervention de la Russie, la diffusion de cette vidéo est hors contexte et a semé la confusion dans l’esprit des Centrafricains.

 Oubangui Médias, en RCA.

Erratum: La rédaction, tient à s’excuser d’avoir mentionné le Burkina Faso parmi les pays qui subissent la déferlante russe au même titre que le Mali et la RCA.

Article mis à jour le 20/09/2022 à 13h 57min

A lire aussi :  Montage : Non, la Russie ne demande pas du renfort au Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.