COVID-19 : Non, Mgr Samuel Kleda n’a pas révélé la recette de son remède contre le coronavirus

Devenue virale sur les réseaux sociaux, la recette d’une potion contre la maladie à coronavirus 2019 a été attribuée à l’archevêque de Douala. Une information démentie par le prélat, qui garde secret la composition de son remède « miracle ».

Depuis quelques jours, certains internautes partagent à la moindre occasion, la recette d’une potion attribuée à l’archevêque de Douala, Mgr Samuel Kleda. « Voici la recette de Mgr Kleda…. Dieu soit loué… Il a vulgarisé ça. C’est désormais à la portée de tous…??? Racine de papaye, papaye non-mure, feuilles de papayer, peau d’ananas, citronnelle, ail, citron, lemon, messep (baseli sauvage). À bouillir, puis aspirer/inhalation et boire », a relayé une dame dans un forum WhatsApp très couru.

Dans une autre publication sur Facebook, un membre n’a pas hésité à partager sa découverte avec son groupe, toujours attribuée à l’Homme de Dieu. « BSR À TOUTES LES MUMS JUSTE POUR PARTAGER AVEC VOUS, LA COMPOSITION DE l’évêque POUR GUÉRIR LE COVID 19 (racines de papaye, feuilles de papaye, papaye non mûr +massep+ ananas+citron bouillir ensuite inhaler et boire chaud.

Même si à première vue, les différentes compositions sont identiques, en lisant avec attention, on constate que le « Lemon » est absent dans l’une des trois recettes. Il en est de même de ces différentes publications où chacun internaute y va de ses recettes tout en les attribuant au prélat.

Les auteurs semblent être certains d’avoir démystifiés le remède de Mgr Kleda contre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) qui a déjà contaminé plus de deux mille personnes avec 64 décès au Cameroun.

A lire aussi :  Qatar 2022 : Embolo n’a pas accordé d’interview à Var-Matin après la victoire de la suisse

Même le démenti de ses proches, n’a pas arrêté la propagation de cette fausse recette.

Pourtant, le prélat naturopathe n’a jamais dévoilé les plantes qu’il a utilisés pour son remède et ne compte pas le faire. « Le premier jour où je me suis prononcé sur le traitement que j’ai mis sur pied, un journaliste m’a demandé si je pouvais donner le nom de quelques plantes. Je lui ai dit non, que je ne pourrai donner le nom d’aucune plante », déclare Mgr Kleda. C’était le lundi 4 mai 2020 au cours de la cérémonie de remise de kit médical par le mouvement « Survie Cameroon Survival Initiative » pour les hôpitaux catholiques.

Le faire selon lui, sera un acte dangereux. « C’est très dangereux parce qu’il y a des plantes qui sont toxiques, et celles qui ne le sont pas. Il faut étudie les plantes pour pouvoir les utiliser.  Je le répète encore, si j’utilise les plantes, c’est parce que je les étudie. J’ai toute une bibliothèque pour ça. Quand je prends une plante, j’essaie de l’identifier et de lire toutes les études faites sur cette plante avant de l’utiliser. Même si les guérisseurs l’appliquent déjà, à mon tour, j’essaie d’apprécier la posologie », insiste l’archevêque métropolitain de Douala.

Il est d’ailleurs catégorique dans sa mise au point.  « Donc, que cela soit clair, je n’ai jamais mis sur les réseaux sociaux, une recette à base de plantes pour soigner le coronavirus. Que ce soit clair pour tout le monde. C’est une responsabilité grave. Que les gens ne s’empoissonnent pas. Si je tiens à faire connaître les plantes que j’utilise, je le ferai de manière forte, mais bien étudiée. D’ailleurs ça ne sera pas à la portée de tout le monde, parce qu’il faut savoir identifier les plantes avant de les utiliser et de les connaître », a précisé le prélat.

A lire aussi :  Qatar 2022 : Embolo n’a pas accordé d’interview à Var-Matin après la victoire de la suisse

Lire aussi https://datacameroon.com/covid-19-ruee-vers-la-potion-miraculeuse-de-mgr-kleda/

En conclusion, Mgr Kleda précise que ses produits sont gratuitement distribués dans les hôpitaux catholiques Saint-Paul de Nylon, Saint-Albert Legrand de Bonaberi et Notre Dame de l’Amour de Logpom. « Si quelqu’un va chercher le produit ailleurs, ce n’est pas celui que je fabrique », souligne Mgr Kléda.

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.