Justice : Deux semaines de détention pour Hérode Teokam Ayambi

Justice : Deux semaines de détention pour Hérode Teokam Ayambi

Dans une publication devenue virale sur les réseaux sociaux et notamment Facebook, le mouvement « Ots : On a trop supporté » fait savoir que Hérode Teokam Ayambi a été arrêté et placé en détention à la prison centrale de Ngaoundéré pendant deux semaines pour avoir réclamé son argent à un élève magistrat. Après vérification, ce professeur qui exerce au Cetic de Berem-Gop dans la région de l’Adamaoua a bien été détenu à la prison centrale de Ngaoundéré.

L’enseignant des sciences et techniques de gestion, Hérode Teokam Ayambi, a-t-il été incarcéré ? C’est en tout cas ce qu’affirme Ots : On a trop supporté sur sa page officielle Facebook le 18 avril 2022. D’après la publication de ce mouvement des enseignants qui revendiquent l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, ce professeur qui exerce au Cetic de Berem-Gop dans la région de l’Adamaoua, « a été enfermé pour avoir réclamé son argent à un élève magistrat.

Le procureur a décidé de l’enfermer en disant : « je vais protéger mes enfants, on va traiter ces enseignants-là ». Et cet élève magistrat a déclaré  » je vais te montrer comment nous les procureurs traitons les petits enseignants comme vous ». Nous suivons de près ce problème. Nous vous revenons avec plus d’informations. [sic] », lit-on. Cette publication a enregistré de nombreuses réactions et a été relayée dans plusieurs groupes Facebook comme Développons Ngaoundéré, Adamaoua. Ngaoundéré, Enseignants OTS et TCT du Cameroun.

Vérification

Le 16 mai2022, une équipe de Désinfox Afrique entre en contact avec Amani Bienvenu, un ancien camarade de promotion de l’enseignant, via la messagerie Whatsapp. Ce dernier, qui dit lui avoir parlé, confirme que Hérode Teokam Ayambi a été arrêté et placé en détention à la prison centrale de Ngaoundéré pendant deux semaines. Après plusieurs essais infructueux, nous réussissons à joindre par téléphone Teokam Ayambi Hérode qui confirme son arrestation et sa mise en détention à la prison centrale de Ngaoundéré. Il nous explique l’origine de sa détention. « Il s’agit d’une histoire de loyer. Je suis délégué d’une cité, la cité du Savoir, et ma fiancée se trouvait dans la même cité », dit-il.

Pour la suite, nous comprenons que sa fiancée a souhaité quitter sa chambre pour laquelle elle avait déjà versé le loyer annuel et la caution. Un élève magistrat a accepté de reprendre le logement, mais n’aurait pas réglé la caution de 30 000 FCFA, qui aurait permis le remboursement au profit de son amie. L’enseignant a donc décidé de déposer une plainte auprès de la police et de remettre lui-même la convocation à l’élève magistrat. « A ce moment-là, il me fait savoir qu’il est le patron de la police et que rien ne peut lui arriver. Sur les conseils du commissaire de police, je porte l’affaire devant le procureur. Le 12 avril 2022, je reçois un appel du procureur qui demande à me voir. J’arrive au parquet autour de 10 h et on ne me dit rien jusqu’à 19 h. Puis, je suis contraint de signer un document que l’on ne m’autorise pas à lire, avant d’être menotté et emmené à la prison centrale de Ngaoundéré où je vais passer deux semaines et une heure », raconte-t-il.

Ots : On a trop supporté » fait savoir que Hérode Teokam Ayambi a été arrêté

Et il ajoute : « Le ministre des Enseignements secondaires est mis au courant par OTS. Il va saisir le gouverneur et le délégué régional des Enseignements secondaires et leur demander des comptes. Le délégué me rendra visite en prison où je lui présenterai toutes les preuves. Je dois ma libération aux ministres des Enseignements secondaires et de l’Administration territoriale et au mouvement OTS. »

Le 26 mai 2022 à 10 h, nous recevons un appel via Whatsapp de Frank Lamour Bendegue Boulologo, l’élève magistrat. Ce dernier nous confirme aussi l’incarcération de Teokam Ayambi Hérode. « Je confirme effectivement que Hérode Teokam Ayambi a été enfermé à la prison centrale de Ngaoundéré sous ordre du procureur de la république près le tribunal de première instance de Ngaoundéré. Il l’a fait suite aux explications du différend qui m’oppose à monsieur Teokam » nous explique-t-il. Et il ajoute, « c’est une incompréhension. Je n’avais jamais voulu que monsieur Teokam fasse la prison. Face à la décision du procureur qui est mon supérieur, je n’y pouvais rien », conclue Frank Lamour Bendegue Boulologo.

Rendus à la cité du Savoir le 28 mai, nous avons rencontré Mohamadoul Moustapha, gérant de ladite cité. Même s’il confirme lui aussi l’emprisonnement de Teokam Ayambi pour l’affaire qui l’oppose à Frank Lamour Bendegue Boulologo, il va cependant refuser d’être cité. Car dit-il, l’affaire suit son cours au niveau de la justice.

Après vérification, ce professeur qui exerce au Cetic de Berem-Gop dans la région de l’Adamaoua a bien été détenu à la prison centrale de Ngaoundéré.

Nous parviendrons à obtenir la fiche de décharge des frais de loyer, objet de la discorde entre les deux locataires. A partir de celle-ci, nous comprenons que l’origine de la discorde est cette somme de 30 000f de caution qui n’a pas été réglée dans les délais.

Hérode Teokam Ayambi est poursuivi pour « escroquerie et menaces sous conditions », comme l’indique le rôle de l’audience du 17 mai 2022 devant le tribunal de Ngaoundéré, au cours de laquelle il devait comparaître. « L’élève magistrat prétend que je l’ai agressé avec un couteau. Ce qui est complètement faux et j’ai une vidéo qui le prouve. Je ne peux toutefois pas vous la remettre car l’affaire est devant la justice. » Le procès a été renvoyé au 10 juin 2022.

L’incération de l’enseignant intervient dans un contexte marqué par l’observation d’un mouvement de grève lancé par le collectif des enseignants du secondaire qui réclame un meilleur traitement et des meilleures conditions de travail.

Jean BESANE MANGAM et Hamadou DAïROU, travaux réalisés dans le cadre du projet Desinfox-Afrique

 

A lire aussi :  Répression: Le Minat, l’OTS et l’OTA à couteaux tirés

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.