Facebook : non, les politiques de monétisation n’ont pas changé

Facebook : non, les politiques de monétisation n’ont pas changé

Depuis le mois de novembre 2022, l’information selon laquelle Facebook arrête la monétisation des pages sur sa plateforme est devenue virale sur les réseaux sociaux. Après vérification auprès de Meta, les politiques de monétisation n’ont pas fait l’objet de changement .

Au mois de novembre 2022, l’information selon laquelle Facebook va arrêter la monétisation des pages sur sa plateforme est devenue virale sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, le sujet a fait l’objet de plusieurs publications dans le groupe Facebook dénommé « Kerel Kongossa » qui compte plus de 478 000 membres. En effet, le 10 novembre, Tchoffo Toko l’annonçait déjà.

monétisation Facebook les politiques de monétisation n’ont pas fait l’objet de changement

D’après son post qui compte plus de 1 000 réactions, « Facebook arrête avec la monétisation Donc à partir d’aujourd’hui, plus de salaire pour les influenceuses (Sic) », lit-on. Des minutes après et toujours dans le même groupe, Mignon de Toulouse fait savoir que « c’est la fin des haricots Facebook//monetisation off Les pleurs des influences(ses) (Sic) ». Près de 500 réactions enregistrées sous ce post. Contacté par DataCameroon, Tchoffo Toko, auteur de l’une des publications maintient ce qu’il a écrit. « Il s’agit d’une vraie information », soutient-il.

Monétiser sa page Facebook veut dire être payé par les vues vidéos, de la même façon que Youtube. En effet, d’après Méta (le nouveau nom de la maison-mère de Facebook, Ndlr), si vous publiez du contenu vidéo sur Facebook, vous pouvez éventuellement gagner de l’argent grâce aux publicités in-stream. Mais pour être éligible à ce type de monétisation, il faut satisfaire certains critères, comme disposer d’une présence bien établie qui se traduit par au moins 10 000 abonné(és) à votre page. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

monétisation Facebook
Monétisation Facebook

 

Vérification

DataCameroun a contacté Arsène Wilfried Njinji, ingénieur télécom et digital marketer professionnel. Il est par ailleurs directeur général de l’entreprise Ayila, agence spécialisée dans le marketing et la communication. « Nous n’avons pas encore reçu de notification allant dans ce sens pour les comptes/pages que nous gérons ». L’humoriste Fingon Tralala qui compte 1,3 millions de followers sur Facebook affirme de son côté ne pas être informé d’un quelconque changement. « Je ne suis pas au courant », fait savoir l’artiste.

Marie Gabrielle Mfegue l’attachée de presse de l’artiste musicienne Lady Ponce explique : « Facebook n’a pas arrêté la monétisation des pages sur sa plateforme, mais a restreint la visibilité des artistes et peoples sur leurs vidéos ». D’après Marie Gabrielle Mfegue, cette action est en vigueur depuis quelques mois seulement et vise à contraindre les artistes et peoples à sponsoriser leurs pages. La page Facebook de Lady Ponce, star du bikutsi compte un million de followers.

Contacté, Meta au travers de son porte-parole déclare à DataCameroon que, « Cette information est erronée ». « Nos politiques de monétisation n’ont pas fait l’objet de changement », ajoute-t-il, proposant dans la même veine à consulter cette page ci et celle-ci aussi pour plus de détails sur la monétisation. Il s’agit précisément, des règles de monétisation pour les partenaires et de comment vérifier son éligibilité à la monétisation sur une page ou un profil Facebook.

Contrairement à l’information abondamment relayée au mois de novembre 2022, Facebook/Meta n’a pas arrêté la monétisation des pages sur sa plateforme. Cette fausse information a circulé dix jours avant le coup d’envoi de la 22è édition de la coupe du monde qui se déroule au Qatar et à laquelle de nombreuses stars et influenceurs camerounais du web et notamment des réseaux sociaux ont pris part. La rumeur a commencé à se répandre au lendemain de l’interview exclusive de Samuel Eto’o accordée à la chaine de télévision canal2 international le 08 novembre 2022. En effet, président de la Fédération camerounaise de Football (Fecafoot) a affirmé avoir soutenu pendant plusieurs année, l’artiste Valsero, par ailleurs activiste digital. Le lendemain, la rumeur est devenue virale laissant croire que même de la monétisation dont vivait Valsera allait s’arrêter.

Marthe NDIANG

A lire aussi :  Facebook : Seulement 2% d’utilisateurs africains font appel

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.