Fact-checking : Aucune certitude encore sur l’origine du variant B.1.620

D’après certains médias et autres publications, le variant B.1.620 est d’origine camerounaise. Mais après vérification auprès de Gytis Dudas le chercheur Lituanien faisant partie de l’équipe des scientifiques qui ont découvert ce variant, il est impossible pour l’heure de dire avec certitude l’origine de cette variante, encore moins où elle a évolué.

Le 25 mai 2021, il est 21h 35 minutes lorsque Boris Bertolt annonce sur son compte Facebook la découverte d’une nouvelle variante de la Covid 19. Il s’agit, d’après la publication de cet activiste et lanceur d’alerte, d’un variant d’origine camerounaise. « Une nouvelle variante de la Covid 19 découverte au Cameroun par des chercheurs », titre-t-il. Dans la suite du post, Boris Bertolt précise que, « l’annonce a été faite ce soir (jour de la publication, Ndlr)) par un journal italien qui indique qu’« une autre mutation Covid a été découverte et, par conséquent, les craintes reviennent à nouveau dans le monde entier. Après celle sud-africaine il y a quelques semaines, une nouvelle variante est maintenant arrivée, originaire du Cameroun ».

Jusqu’à mardi 1er juin 2021, le post comptait 312 réactions, 201 commentaires et 58 partages, pour une page suivie par 95 798 personnes. Dix jours plutôt, c’est-à-dire le 10 mai 2021, c’est le site d’informations « Le quatrième pouvoir » qui en faisait déjà état.

Loin d’être péremptoire ou affirmatif sur le sujet, le rédacteur de l’article est resté quelque peu réservé. D’où le questionnement sans doute au titre. Car lit-on, « Coronavirus : Un variant camerounais découvert par des chercheurs ? » Le contenu de l’article restitue dans les grandes lignes, les recherches d’un groupe de chercheurs suédois, belges, français, lituaniens et camerounais, en s’appuyant sur des tweets de Gytis Dudas, l’un des chercheurs ayant découvert le variant B.1.620.

Seulement, après vérification, il est trop tôt selon les chercheurs et médecins pour affirmer que le variant B.1.620 est d’origine camerounaise. « A l’heure actuelle, nous pouvons dire que le B.1.620 circule au Cameroun en République Centrafricaine, et que le B.1.620 semble avoir trouvé son chemin vers l’Europe principalement à travers le Cameroun. Cela ne signifie pas nécessairement que l’Afrique Centrale est l’endroit où le B.1.620 a évolué à l’origine. Mais simplement que l’Afrique Centrale était le dernier arrêt avant que le B.1.620 ne se rende en Europe et en Amérique du Nord. Pour le moment, nous ne pouvons pas dire avec certitude où le B.1.620 a évolué. L’origine ultime de la lignée B.1.620 est encore un mystère », clarifie Gytis Dudas, l’un des chercheurs ayant découvert ce variant, contacté par Data Cameroon.

Hypothèses et probabilités

« Car si certains pays d’Afrique ont très bien réussi le séquençage, certains des voisins régionaux du Cameroun comme le Tchad, le Soudan, ou le Soudan du Sud n’ont soumis aucun génome au SARS-CoV-2 à GISAID du tout. Tandis que d’autres comme la république Centrafricaine compte sur l’INRB en Rdc voisine pour le séquençage », poursuit le chercheur lituanien. Ce dernier préfère d’ailleurs utiliser la terminologie technique pour les lignées STARS-CoV-2 (donc B.1.620) car faire référence aux lignées par géographie peut selon lui, induire le public en erreur sur les risques et conduire à la stigmatisation des pays et des personnes qui voyagent. Même son de cloche du côté du Dr Mabongo également joint par Data Cameroon. « Concernant le variant B.1.620, effectivement depuis le mois de février, il a été identifié dans des échantillons viraux de la Lituanie. Et après avoir fait un mapping des cas qui portaient ce variant-là, ce variant serait d’origine africaine et plus précisément de l’Afrique Centrale.

Et on a ce variant qui est aujourd’hui présent en France, en Belgique, et dans quelques pays aussi. Et maintenant, les chercheurs ont également identifié six personnes vivant en Rca, près de la frontière camerounaise, et 7 personnes en Europe qui venaient récemment du Cameroun, qui portaient ce variant. Maintenant, les données de ces études suggèrent toujours qu’avec ce lien entre les personnes qui ont ce virus et l’Afrique Centrale ça veut dire que, l’hypothèse la plus probable c’est que ce variant vient probablement de l’Afrique Centrale (…)  Et l’hypothèse selon les chercheurs c’est que ce variant est probablement apparu au Cameroun », explique le médecin épidémiologiste de terrain. Avant d’ajouter, « vous voyez qu’on est dans des probabilités. Ce n’est vraiment pas des affirmations… ».

Pour ce spécialiste de la santé, avec l’apparition des variants, on devrait se concentrer un peu plus sur le séquençage génomique pour identifier les différentes mutations. « Parce que si on reste seulement concentré sur le testing des personnes, on peut avoir de nouveaux variants qui s’introduisent dans notre pays sans qu’on ne soit au courant et après même la vaccination qu’on met en œuvre pourra s’avérer inutile. Donc je pense qu’on devrait renforcer la surveillance génomique dans la pandémie à Covid-19 », relève le Dr Mabongo. La nouvelle d’un variant d’origine camerounaise se répand au moment où l’actualité autour de la Covid-19 au Cameroun est fortement marquée par le détournement des fonds alloués à la riposte de la maladie à Coronavirus.

Marthe NDIANG 

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.