Fact-checking : La fluidité fait défaut au port de Douala

Une note non signée datant du 9 février et attribuée à Maersk annonce une congestion au terminal à conteneurs à Douala. Après vérification auprès de cette structure, ladite correspondance est un fake mais la question de la congestion du port de Douala est réelle.

Tout est partie d’une note attribuée à Maersk. La correspondance non signée qui date du 9 février 2021 est adressée à sa clientèle. Dans ladite correspondance, l’entreprise leader mondial du transport maritime, annonce une congestion au terminal à conteneurs à Douala. « Cher client (e) bien vouloir noter qu’en raison de la présente congestion du terminal à conteneurs à Douala, les conteneurs vides, précédemment déchargés au terminal de Kribi, devront être retournés exclusivement au terminal de Kribi, et ce jusqu’à nouvel ordre.

 Nous vous exhortons donc à prendre toutes les dispositions nécessaires avec les transporteurs affrétés pour l’enlèvement de vos conteneurs pleins à Kribi, pour assurer le retour de ces derniers au terminal de Kribi. Nous suivons de près la situation avec les autorités du port de Kribi, et n’hésiterons pas à vous notifier, une fois la situation revenue à la normale. Nous vous remercions d’avance pour votre coopération et votre fidélité à Maersk, n’hésitez pas à nous contacter en cas de besoin… », peut-on lire dans la correspondance, par ailleurs postée sur plusieurs pages sur la plateforme Facebook.

Contacté, le responsable des Relations Publiques de Maersk Cameroun confie que la note ne vient pas de sa structure. Mais au sein de la représentation au Cameroun, les responsables sont divisés sur la question de la congestion au port de Douala.

Une nouvelle que dément Rawul Minlo, responsable de la communication au Port autonome de Douala (Pad). « Le port de port de Douala-Bonabéri n’est pas congestionné, encore moins le terminal à conteneurs. Les opérations de chargement et de déchargement se déroulent sans encombre contrairement au tract qui circule (…) ». D’après ce cadre du PAD, « le terminal est légèrement encombré à cause des conteneurs du Tchad qui a fermé les frontières à cause du Covid et la Rca (République centrafricaine) à cause de la guerre et un lieu de stationnement a été trouvé ce soir (hier, 15 février 2021) ».

Conafe

A lire aussi :  Qatar 2022 : Embolo n’a pas accordé d’interview à Var-Matin après la victoire de la suisse

Un autre post de Boris Bertolt s’en est suivi, avec les propos de démenti de Rawul Minlo. Publication sous laquelle Guy Batchou, prétendant travailler à la Régie du Port Autonome (RTC) corrobore les propos du responsable de la communication du Pad.  « J’y travaille il n’y a aucune congestion présentement deux navires du groupes Maersk sont en pleine opération au terminal à conteneurs : Le HSL PORTO et MEARSK CHENNAI dont la fin des opérations est prévue pour demain (hier mardi, 16 février 2021, Ndlr) ensuite nous enchaînons avec un autre navire le PORTDGYNIA seuls deux navires attendent à la bouée de base ? c’est du sabotage gratuit. Posez-vous la question de savoir pourquoi seul Maersk se plaint est-ce le seul acconier de la place ? Pourquoi MSC, CMACGM, NDS et PII n’en disent pas autant ? », écrit Guy Batchou.

Après vérification, la note attribuée à Maersk est un fake. Mais pour ce qui est de la congestion au port de Douala, le problème existe et est bien réel. La preuve, bien que pas à l’ordre du jour, le sujet était au menu des échanges lors de la réunion d’information sur le paiement des frais d’encombrement appliqués au terminal à conteneur du port de Douala. Rencontre organisée par le Comité national de facilitation des échanges (Conafe) le 21 janvier 2021.

En effet, bien que le point principal de cette rencontre ait été pour la Régie du terminal à conteneurs (Rtc) de communiquer sur les frais d’encombrement, cela a également été l’occasion pour les participants d’échanger sur les séjours prolongés des conteneurs au port et les raisons.

A lire aussi :  Qatar 2022 : Embolo n’a pas accordé d’interview à Var-Matin après la victoire de la suisse

A la fin de cette réunion d’ailleurs, la première recommandation d’après le compte rendu dont DataCameroon a eu copie, était « d’organiser une réunion d’évaluation sur les obstacles à la fluidité relevés par les participants dans un délai d’une semaine », lit-on du compte rendu. Par ailleurs, Financial Afrik dans sa publication du 03 février 2020 indiquait déjà que « mois après la reprise de cette activité par la Régie du terminal à conteneurs (RTC) créée  par le Port autonome de Douala (PAD) en lieu et place de DIT qui en assurait l’exploitation depuis quinze ans et dont l’expertise a permis au port de Douala de se positionner parmi les ports les plus compétitifs d’Afrique de l’Ouest et du Centre, l’activité tourne désormais au ralenti, faisant naître des signes d’engorgement».

A noter que la Rtc du Pad qui compte une année d’existence a annoncé il y a quelques semaines son chiffre d’affaires à hauteur de 50,4 milliards de Fcfa. Montant généré du 1er janvier au 31 décembre 2020. Force est de constater qu’une polémique subsiste. Notamment le passif matériel de Douala International Termina (DIT). Un document intitulé « Handover Equipment report » auquel DataCameroon a eu accès indique par exemple que plusieurs équipements sont tombés en panne pendant la période indiquée par le rapport de la RTC.

A titre d’exemple, au moment où DIT quittait le terminal, il a cédé 30 remorques et au 2 janvier 2021, il n’en restait plus que 25. Idem pour les grues mobiles partie de 2 à 0 sur la meme période. A ce jour, « le moteur du portique1 a coulé et le réservoir du portique n°4 ne fonctionne » Confie un technicien en poste avant d’ajouter, que « le ravitaillement en petite quantité se en direct avec une obligation d’utiliser les grues des navires ».

Marthe NDIANG et Paul- Joël KAMTCHANG

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.