[Fact-Checking] : Non, il n’y a pas d’épidémie de variole du singe à l’Est Cameroun

Plusieurs publications ont été faites sur les réseaux sociaux, dont certaines dans le groupe Le Cameroun c’est le Cameroun sur Facebook, annonçant une épidémie de variole du singe (monkey pox) dans la région de l’Est. Après vérification, il n’en est rien.

Cette information qui, dans la plupart des groupes,a suscité l’indignation et même la colère des internautes, n’est cependant pas vraie.

La région de l’Est n’est pas touchée par la variole du singe. En effectuant une recherche sur google avec les mots clés « variole », « singe » et « Cameroun », nous avons retrouvé le communiqué à l’origine de la fausse information fortement relayée sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’un communiqué du délégué régional de la santé publique pour l’Est publié le 13 janvier 2020, qui annonce des cas de variole du singe et un décès confirmé « dans la région sanitaire du centre, district de santé d’Ayos ».

Si le communiqué annonce le lancement d’une veille sanitaire dans tous les districts de santé de la région de l’Est, il ne dit nulle part, cependant,qu’il y a épidémie dans la région de l’Est. Le cas du décès dont parle le communiqué est survenu à Ayos, une localité voisine de la région de l’Est, mais qui est située dans la région du Centre.

Alerter les populations et les personnels de santé

Dansune interviewdisponible sur le site de la CRTV(http://www.crtv.cm/2020/01/dr-anicet-desire-mintop-il-ny-a-pas-de-cas-de-variole-du-singe-a-lest/), le Dr. Anicet Mintop, délégué régional du Ministère de la santé publique pour l’Est rappelle qu’ «il n’y a jusqu’ici aucun cas de variole du singe enregistré dans la région de l’Est ». L’Est étant frontalière à la région du Centre où le décès a été enregistré, le but du communiqué était d’alerter les populations et les personnels de santé, étant donné que le virus de la variole du singe se transmet à l’humain par les animaux de façon directe ou indirecte.

Il est aussi à préciser que l’emploi du terme « épidémie » est quelque peu inapproprié au vu des informations disponibles.En nous basant sur la définition du terme « épidémie » qui désigne « la propagation rapide d’une maladie infectieuse à un grand nombre de personnes, le plus souvent par contagion »,il serait difficile de parler d’épidémie sans avoir le nombre exact de malades ainsi que des données montrant que la propagation de la maladie est rapide. Le terme semble utilisé de façon abusive dans ce cas.

La variole du singe sévit en Afrique centrale et de l’ouest

Dans une fichepubliée par l’OMS en juin 2018, L’orthopoxvirose simienne, ou variole du singe est une maladie virale rare qui sévit sporadiquement dans certaines régions d’Afrique du centre et de l’ouest. Elle est causée par un virus qui se transmet principalement à l’être humain à partir d’animaux sauvages (rongeurs et primates chez qui la maladie est endémique). La transmission interhumaine est limitée, mais « peut résulter de contacts étroits avec des sécrétions infectées des voies respiratoires, des lésions cutanées d’un sujet infecté ou d’objets récemment contaminés par des liquides biologiques ou des matières provenant des lésions d’un patient ».

C’est l’occasion de rappeler les consignes de sécurité données par le Dr. Anicet Mintop dans l’interviewaccordée à la CRTV, qui rappelle aux populations qu’il faut :Éviter tout contact prolongé ou proche avec les personnes infectées ; Se laver les mains avec de l’eau propre et du savon après tout contact avec une personne qui présenterait certains signes ; Faire cuire soigneusement toute viande de brousse avant de la consommer ; Éviter la manipulation des animaux malades ; Éviter de consommer du gibier trouvé mort.

Fotso Fonkam

Travail réalisé avec le soutien de Defy Hate dans le cadre du projet FactsMatters237

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.