Fact-Checking : Paul Biya peut toujours aller à Genève
emma farge

Plusieurs posts sur les réseaux sociaux annoncent que le président camerounais a été déclaré persona non grata en Suisse à l’issue de Grand conseil du Canton de Genève. Après vérification, les votes sont en faveur de Paul Biya. L’initiateur parle, l’Ambassade de Suisse à Yaoundé réagit.

La capture du post en circulation dans les groupes whatsapp est publiée sur la page « Regard sur le monde ». La page qui compte 62.917 abonnés, indique qu’il s’agit de la page d’une émission dédiée aux témoignages de vie motivante à l’éducation, documentaire, sociale et culturelle. Le post  avec la mention Breaking News, indique que «Le parlement suisse vient de voter majoritairement en faveur de la déclaration P. Paul Biya comme persona non grata sur le sol suisse. La décision sera transmise à l’exécutif. Le président du parlement SUISSE». En 5h, il a enregistré 321 likes, 128 commentaires et 76 partages.

Dans une vidéo de 16 minutes postée sur la chaine REDIF TVNET sur YouTube avec pour titre «la diaspora camerounaise remporte une belle victoire contre le régime de Yaoundé, l’auteur indique que, le vote a été à notre cause. D’ici peu, le dictateur Biya va être déclaré persona non grata en Suisse. Ça c’est une certitude». Les commentaires sous le post, parfois teintés de discours tribal, visent à renforcer cette version biaisée des faits. Cette situation intervient dans un environnement où les appels au départ du président Paul Biya, au pouvoir depuis 38 ans se font incessant.

Après vérification, il ressort qu’à l’issu du Grand conseil du canton Genève qui s’est tenu le 2 octobre 2020, la pétition 2084 A a bien été déposée sur le bureau du Grand conseil de Genève. A l’issue de ce conseil qui s’est tenu conformément à ces captures de vote qui circulent, 43 voix ont voté contre la pétition et 27 voix pour.

Nous avons rentré les mots clés « Grand conseil, Paul Biya, persona non grata » sur le moteur de recherche google.com. Seuls quelques médias camerounais en ligne traitent du sujet.

Les articles publiés par ces sites indiquent le tweet de la journaliste Emma Farge, correspondante de l’agence Reuters à Genève comme principale source. Un tweet qui selon plusieurs commentaires en dessous aurait un titre trompeur.

Nous sommes allés sur le compte twitter de Sylvain Thevos, député gauche au Grand conseil de Genève, porteur de la pétition. Dans un tweet du 3 septembre 2020, il indique «La pétition pour déclarer Paul Biya persona non grata a été refusée par la droite qui n’a pas perçu l’intérêt pour Genève de condamner ces pratiques de vol et de recel de biens mal acquis. Mais l’écho politique a été important, et ces pratiques d’un autre temps condamnées ».

Contactée, l’ambassade de Suisse au Cameroun informe que ce verdict était prévisible « le Grand conseil de Genève est un parlement régional qui ne concerne que Genève pas la Suisse. Puis, c’était certain que la pétition n’allait pas passer. Outre le conseil, il faut des questions juridiques pour déclarer quelqu’un persona non grata. » Si le personnel de l’ambassade était en alerte le jour de la tenue du Grand conseil, tout est calme à présent- ajoute la source.

Pour rappel, la pétition P.2084-A fait suite à l’agression le 3 juin 2019 d’Adrian Krause, un journaliste exerçant à la Radio Télévision Suisse (RTS) par six gardes du corps de Paul Biya et les manifestations ayants suivi devant l’hôtel intercontinental où séjournait le président camerounais.

Ladite pétition déposée sur la table du Grand conseil par le député Sylvain Thevoz, visait à inviter le Conseil d’Etat à déclarer Paul Biya persona non grata à Genève et que ce dernier entame immédiatement des discussions avec le Conseil fédéral pour que Paul Biya soit également déclaré persona non grata en Suisse  tant que l’argent soustrait au peuple camerounais ne lui est pas restitué et les droits fondamentaux du peuple camerounais garantis.

Selon le rapport de la commission des pétitions chargée d’étudier la pétition pour que Genève déclare Paul Biya persona non grata, disponible sur le site de ladite pétition a été traitée en 2 séances, le 9 mars 2020 et le 8 juin 2020 sans autre audition que celle des pétitionnaires. Si le vote pour le dépôt de la P 2084 sur le bureau du Grand conseil a été accepté, celui du renvoi de la pétition à l’autorité compétente, soit au Conseil fédéral a quant à lui été refusé, 6 voix pour et 9 voix contre.

Travaux réalisés par Armelle Sitchoma, Marc Ghislain Ngbwa, Romuald Landry Nguekam dans le cadre du programme de l’#AFFCameroon financé par #defyhatenow avec le soutien technique de DataCameroon.

 

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.