Fact-cheking : Le Pr Kontchou confirme avoir fait des remontrances au Pr Kamto

Dans une sortie attribuée à l’ancien ministre de la Communication, ce dernier s’offusque de ce que le président du Mrc l’appelle collègue. Après vérification, le Pr Kontchou confirme avoir tenu ces propos suite à une sortie du Pr Kamto mais précise que cela remonte à plusieurs années déjà

Le sujet est devenu viral en quelques jours seulement. En effet, une sortie attribuée au Professeur Kontchou Kouemegni fait le tour de la toile, notamment du réseau social Facebook. Il s’agit des propos attribués au Professeur Augustin Kontchou Kouemegni. Sur la page de Luther André Meka, déjà, le post date du 11 décembre 2020. Au moment où nous mettions sous presse, il totalisait 371 commentaires et 257 partages.

Joint au téléphone, Luther André Meka affirme que ces propos sont bien de cet ancien ministre de la communication. « Ces propos sont bien de lui. Il le dit et il l’a toujours dit. Je peux vous le certifier car il me l’a dit à moi-même », soutient l’expert et spécialiste en Communication et Sociologie, par ailleurs membre du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc).

Le sujet fait également l’objet d’un traitement dans plusieurs médias, surtout ceux en ligne.  A l’instar de 237 Actu.Com. Ou encore Le Bled Parle. En parcourant les posts et les articles qui traitent de ce sujet, l’on croirait qu’il s’agit d’une nouvelle sortie du Pr Kontchou. La preuve : 237 Actu. Com titre : « Université : Kontchou Komegni refait surface et recadre Maurice Kamto « Je ne suis pas ton collègue, mais je suis ton maître ».

Après vérification, il s’avère que le Pr Kontchou a bien tenu ces propos. Mais cette sortie n’est pas récente comme le fait croire et l’écrit certains. Joint au téléphone par DataCameroon, celui qui a été ministre de la Communication de 1992 à 1997 confirme cette sortie et précise qu’elle ne date pas d’aujourd’hui. « Il y a au moins six ans que je n’ai pas tenu des propos de ce genre. J’ai tenu ces propos mais ça ne date pas d’aujourd’hui. Il y a de cela au moins six ans. Ce sont les choses de 2013 ou de 2014. Je ne sais pas pourquoi ça remonte à la surface. Moi je suis malade, je suis en train de me soigner et j’ai pris un certain repos. Beaucoup de gens m’ont appelé à ce sujet », affirme le Pr Kontchou.

Ce dernier revient d’ailleurs sur les circonstances ayant justifié cette sortie. « Il y a eu une controverse il y a de cela plus de six ans qui venait de ce que, au cours d’une interview dans l’un des médias de la république, le Pr Kamto avait parlé de moi en évoquant le collègue. Cela m’était parvenu à l’oreille et j’avais donc répliqué que, je n’acceptais pas que monsieur Kamto m’appelle son collègue. Je l’avais dit à l’époque », précise notre interlocuteur. Avant d’ajouter, « Et cela est tout à fait clair parce que dans la tradition académique, du moins française et universelle, lorsque vous avez été l’élève et l’étudiant d’un aîné professeur, même si vous devenez professeur, vous ne vous autorisez jamais à l’appeler collègue. Je peux, par mesure particulière vous appeler collègue. Mais normalement, cela ne vous est pas autorisé de le faire », précise-t-il. Bien que quelque peu en retrait ces dernières années, le Pr Kontchou reste l’une des figures marquantes du régime actuel.

Ces propos du Pr Kontchou ont refait surface trois jours après la levée d’assignation à résidence surveillée du Pr Kamto. En effet, assigné à résidence depuis le 21 septembre 2020, c’est le 8 décembre que la démobilisation des policiers et gendarmes en faction devant le domicile du président du Mrc a été actée. Il est également à noter que cette sortie de l’homme politique et professeur d’université ont de nouveau fait l’actualité quelques jours seulement après le déroulement des toutes premières élections régionales du Cameroun. Scrutin qui s’est déroulé le 6 décembre 2020 et dont le leader du Mrc avait par ailleurs appelé une fois de plus au boycott, dans une déclaration qui remonte au mois de juillet 2020.

 

Marthe Ndiang

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.