Non, MINDEF n’a jamais porté plainte à Kamto, Akere Muna et Agbor Balla.

Au lendemain de ce qui est considéré au Cameroun comme le « massacre » de Ngarbuh dans le Nord-Ouest, des journaux ont annoncé en chœur, la traduction de certaines leaders devant les juridictions. Après vérification, c’est un fake de plus !

Des journaux Camerounais notamment les quotidiens « Le Soir », « Le Quotidien », « L’Orphelin », « La Veuve », « L’Épervier », « La Dernière Heure » pour ne citer que ceux-ci, ont publié à leur Une à partir du 17 février, l’information selon laquelle le Ministre de la Defense (Mindef) aurait porté plainte aux personnalités publiques que sont le Pr Maurice Kamto, Me Akere Muna, Me Agbor Balla pour propagation de « fausses nouvelles » disent-ils.

A la Une de quelques journaux que nous avons sélectionnés, on peut lire ce qu’il suit :

En effet, le vendredi 14 Février 2020 dans un village appelé Ngarbuh, région du Nord-Ouest, des femmes et enfants ont été assassinés par des hommes en arme et dont le nombre fait toujours polémique. Face au tollé général soulevé par cette situation, Joseph Beti Assomo, ministre de la défense, a publié un communiqué dans lequel il présente la situation et le contexte.

En effet, l’armée Camerounaise qui est accusée d’avoir perpétré ce massacre, dans le but de se dédouaner face à la pression de l’Onu et d’autres organisations de la société civile a publié un communiqué apporte des précisions. Le Ministre de la Defense (Mindef) à la suite du chef de la Division de la Communication a tenu à battre en brèche toutes ces allégations dans un communiqué paru 03 jours après, soit le 17 février 2020.

A lire aussi :  Qatar 2022 : Embolo n’a pas accordé d’interview à Var-Matin après la victoire de la suisse

 

Dans le communiqué en question, on peut lire qu’il s’agit de dégâts collatéraux liés à la sécurisation de la région et qu’il ne s’agit en aucun cas d’un massacre intentionnel, mais d’un accident. En fin de communiqué, le Mindef indique se réserver le droit de poursuivre devant les juridictions compétentes, les auteurs des fausses nouvelles sans aucune autre précision.

Quelques-uns de ces leaders ont régit au lendemain de la publication de ces journaux. C’est le cas notamment de Me Agbor Balla sur son compte facebook le 19 février 2020 : https://www.facebook.com/996394907161943/posts/1800240226777403/?app=fbl. « Je ne serai pas intimidé ou intimidé par de tels titres. Je défends la vérité et je dirai toujours la vérité. Je défends les opprimés, les réprimés et les marginalisés. Ils ont besoin d’une voix et je suis prêt à payer le prix pour défendre leurs droits » a-t-il précisé.

Dans le but d’avoir des réponses claires et précises, nous avons opté pour un appel avec le chef de la Division de la Communication du Mindef. D’après le colonel Cyrille Serge Atonfack, « C’est une plainte imaginaire ». D’après lui, ces journaux avaient fait une mauvaise lecture du communiqué du patron de la défense camerounaise.

Marc Ghislain Ngbwa

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.