[Paradoxe] : Un Major de promotion non sélectionné en Master 2

Des publications devenues virales sur Facebook depuis le 31 mars 2021 font état de ce que cet étudiant de l’Université de Ngaoundéré, par ailleurs Major de sa promotion, n’a pas été retenu pour poursuivre ses études en Master 2 Droit Public. Après vérification, il s’agit d’un mécanisme de sélection particulier qui est mis en cause.

D’après un post Facebook de Djafsia Tara Mahmoud daté du 31 mars 2022, l’étudiant Ousmanou Harouna, bien que Major de sa promotion, n’a pas été retenu pour le Master 2 en droit public à l’Université de Ngaoundéré. « Ousmanou Harouna : De major de Promotion à aide commerçant », titre l’auteur de la publication. Laquelle comptait vendredi 8 avril 2022 près de 400 réactions et plus de 170 partages. La même nouvelle est reprise quelques jours après par le Tgv de l’info sur sa page Facebook. Sur cette page bien connue des internautes pour ses alertes et son côté activiste il est écrit : « Université de Ngaoundéré/Droit public : Tous les étudiants ont été retenus en Master 2, sauf le major de la promotion (Sic) ». La publication a généré plus de 1000 réactions. En outre, Guibai Gatama, Anthony Yaouke, Ousseni Salatou, Mohamadou Aminou, Amadou Haroun, Darling Nguevo entre autre vont aussi reprendre la même information. Dans les groupes professionnels et privés Whatsapp, l’information fait l’objet de plusieurs partages.

Université de Ngaoundéré fact-cheking
Capture du post en question

 

A lire aussi :  Barnabé Mbassi Tsalla : “Le problème qui se pose, reste celui de la rétention à l’école”

Vérification

En consultant la liste des étudiants autorisés à s’inscrire en Master 2 recherche Droit Public à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques, le nom de Ousmanou Harouna n’y figure pas. Cette liste dont Data Cameroun a eu copie est signée du Recteur de l’université de Ngaoundéré. Ce que confirme Ousmanou Harouna avec qui Data Cameroun a échangé par Whatsapp. « Ils ont retenu quelques étudiants mais mon nom n’y figurait point.  Et pourtant, normalement, s’il y avait un étudiant qui le méritait, c’est bien moi », déclare Ousmanou Harouna. Avant de nous renvoyer sur la publication de Djafsia Tara Mahmoud où, dit-il, tout y est mentionné aussi bien son parcours que ses différentes requêtes. Contacté par messagerie Whatsapp, le chef de département de Droit Public le Dr Aimé Douniang confirme que le jeune étudiant n’a pas été retenu. « Il est venu à mon bureau me signifiant sa désolation parce qu’il n’a pas été retenu. J’étais tout autant surpris que vous… Mais je pense que la hiérarchie trouvera une solution pour lui… C’est ce que je lui ai dit », fait savoir le chef de département.

Il ajoute, « j’étais au Bénin à cette période pour le concours d’agrégation. Donc honnêtement, c’est le Doyen qui a géré cela avec le jury. Je ne sais vraiment pas ce qui s’est passé ». D’après Pr Janvier Onana, Doyen de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l’université que nous avons contacté également par messagerie Whatsapp, « Monsieur Ousmanou Harouna est l’un de nos plus brillants étudiants. Sa non sélection est due simplement à un dysfonctionnement dans le processus d’enregistrement et de classement des candidatures. Sa requête a été étudiée. La commission mise sur pied a déjà finalisé le projet de liste additive que nous soumettrons dans les meilleurs délais à Mme le Recteur », renseigne-t-il, saluant au passage les qualités et aptitudes de ce jeune étudiant. Seulement, quelques jours après, une capture d’écran de la page Facebook de l’Université de Ngaoundéré va faire le tour des groupes Whatsapp.

Critères de sélection

Le contenu est une note explicative de la non sélection de Ousmanou Harouna en Master 2. « La moyenne en Masrer 1 n’est pas l’unique critère de sélection en Master 2. L’université de Ngaoundéré a adopté en 2017 une grille de sélection multivariée, qui tient compte notamment de l’âge, du genre, de la région d’origine, du nombre d’années passées au cycle de licence », lit-on. D’après ce texte qui n’est pas signé, chacun de ces critères est assorti d’un nombre de point. Une fois que la grille renseignée, un classement est automatiquement généré. « L’intérêt d’une telle pratique c’est de corriger les déséquilibres sociopolitiques qu’engendrerait une application mécanique de la loi de la performance. Cela est dans l’intérêt du vivre ensemble. Moyennant quoi Monsieur OUSMANOU HAROUNA est classé 26ième…Or le Master 2 droit public était ouvert pour 25 places. Cette situation n’a donc rien d’arbitraire, d’autant plus que le jury de sélection est présidé par un enseignant de rang magistral Mme le Recteur », poursuit la note.

Mais impossible de retrouver ladite publication sur la page de l’Université de Ngaoundéré. Contacté pour savoir si cette publication a été faite sur la page Facebook de cet établissement d’enseignement supérieur, Joseph Dzene enseignant et en charge de la communication de l’université s’est refusé à s’étendre sur le sujet. « Moi je ne rentre plus dans les polémiques destructrices », s’est-il contenté de répondre. Cette information circule quelques jours après la reprise des cours à l’Université de Ngaoundéré pour le compte du 2è semestre.

Marthe NDIANG et Jean BESANE MANGAM, à Ngaoundéré

DATA CAMEROON

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.