Pas de preuve de la toxicité du plat « beignet-haricot-bouillie »

Pas de preuve de la toxicité du plat « beignet-haricot-bouillie »

Dans une publication devenue virale sur les réseaux sociaux notamment Facebook, Dr. Polain Nzobeuh, qui se présente comme biologiste thérapeute, affirme que les beignets-haricot-bouillie, ce plat très prisé au Cameroun est le repas « le plus toxique d’Afrique ». Après vérification, aucune étude n’atteste que ce plat est toxique beignet-haricot-bouillie.  

beignet-haricot-bouillie publication devenue virale sur les réseaux sociaux notamment Facebook

Polain Nzobeuh écrit sur sa page Facebook : « Beignets Haricot Bouillie (BHB, Ndlr), le repas le plus toxique d’Afrique ». La publication de celui qui se présente comme un biologiste thérapeute s’accompagne de sa photo et du plat en question. Mis en ligne le 1er août 2022, le post comptait au 5 août, plus de 150 j’aimes, 191 commentaires et plus de 170 partages. Ce qui est moindre comparé aux interactions générées dans certains groupes Facebook à l’instar de Kerel Kongossa (officiel). Des personnalités publiques telles que Jean De Dieu Momo par ailleurs ministre délégué auprès du Ministre de la Justice, Pr Mathias Owona Nguini ont également réagi à cette publication, contribuant à la rendre virale. Des bloggeurs tels que Peupah Zouzoua, des scientifiques dont Dr Kenfack et des internautes se sont aussi emparés du sujet.

Joint par Messenger, Polain Nzobeuh, maintient sa déclaration. « Le BHB est cuit à ultra haute température et des molécules complexes, mutagènes, cancérigènes et reprotoxiques (nocives à la reproduction humaine). Il est fait de nutriments complexes (protéines, lipides et glucides) que le corps considère comme inutilisable car il n’assimile que les molécules simples, les monomères. De l’argument précédent on déduit qu’il est très hyper calorique c’est pourquoi celui qui en mange développe trop de gras ». 

Vérification

Nous avons effectué une revue de la littérature scientifique sur Internet en cherchant à travers des moteurs de recherche spécialisés tels que Pubmed ou Google scholar de précédentes études attestant la toxicité d’un de ces plats ou un de ses composants, nous n’avons rien trouvé de concluant.

Contactée par appel téléphonique, Dr Bongha Ornella, médecin diététicien émet des réserves quant à cette sortie du biologiste thérapeute.  « Je ne sais pas si des études comparatives ont été menées. La toxicité pourrait découler du fait que certaines huiles soumises à des températures élevées vont connaître une oxydation et donner naissance par divers mécanismes à des radicaux libres. Dans notre contexte, la plupart des femmes si ce n’est une bonne partie ne va pas se limiter à un seul usage ce qui aura tendance à entretenir, voire aggraver le phénomène. Maintenant l’auteur part du principe qu’étant un mets relativement accessible, il pourrait être consommé en excès (surexposition ?) », indique-t-elle beignet-haricot-bouillie.

Polain Nzobeuh, qui se présente comme biologiste thérapeute

Elle est également revenue sur la composition du repas « BHB » : les beignets faits à base de céréales (farine ou maïs) +/- banane, les haricots : légumineuses et pour finir la bouillie : céréales (mil, maïs, riz) ou légumineuses (soja). Sur le plan nutritionnel ce repas est composé de glucides, lipides et protéines, essentiels pour l’alimentation de l’être humain.

Pour Dr Bongha Ornella, « Avec ce repas, on a un apport énergétique lié à la présence de source de glucides. Par ailleurs, le haricot ayant un fort pouvoir satiétant, c’est un repas qui limitera les sensations de faim. Il est donc indiqué pour des personnes soumises à une activité physique modérée à intense ». Elle ajoute : « il serait intéressant d’en consommer occasionnellement. Pour ceux qui préfèrent en faire à la maison, utiliser une huile de friture nouvelle serait plus indiqué. Par ailleurs, dans le cadre d’une alimentation équilibrée, il est intéressant d’y associer des fruits ou des légumes. En termes d’alimentation, tout est question d’équilibre : évitons les excès et évitons les carences. »

beignet-haricot-bouillie Qualité nutritionnelle

Dr Ngo Sak Patricia, nutritionniste, sous directeur de l’alimentation et de la nutrition au ministère de la Santé publique que nous avons également contacté à travers la cellule de communication du même département ministériel, indique que le mot toxicité n’est pas approprié pour les aliments. « Pour les aliments, on ne parle pas de toxicité mais de qualité nutritionnelle, hygiénique ou sanitaire, organoleptique par rapport à la texture, au goût ou à la saveur. Cependant, l’aliment perd ses qualités lorsqu’on le prépare, on le manipule ou on le consomme beignet-haricot-bouillie. Si on utilise une huile chauffée à une température élevée, c’est ça qui dénature l’huile et donne l’odeur âcre. Si elle est utilisée plusieurs fois, elle n’est plus de bonne qualité. Il est conseillé de faire la réoxygénation de l’huile », explique la spécialiste.

les beignets-haricot-bouillie, ce plat très prisé au Cameroun

Elle précise que le haricot est riche en anti nutriments. Il faut le tremper et rejeter l’eau mousseuse qui en sort. Il faut bien laver le haricot quand il est cuit. C’est un problème de cuisson et non de l’aliment en lui-même. Le haricot est une bonne source de protéines végétales surtout quand il y a d’autres légumes qui sont associées tels que les carottes, les oignons, la tomate. « Tout ceci n’a rien de toxique. Pour la bouillie, généralement, c’est de l’eau chaude avec une farine fermentée à base de maïs, mil, ou de riz en fonction des régions. C’est un aliment énergétique riche en glucides beignet-haricot-bouillie. C’est possible de dire que c’est un ensemble hypercalorique si c’est bouillie-beignets car ayant le même rôle énergétique. Mais le haricot vient équilibrer ça. Avec un fruit ajouté, le repas est plus complet », poursuit le Dr Ngo Sak.

les beignets-haricot-bouillie est le repas le plus toxique d’Afrique

En définitive, le repas « beignets-haricot-bouillie » ne saurait être taxé de toxique, encore moins du plus toxique d’Afrique beignet-haricot-bouillie. Cependant, il est nécessaire d’éviter de réchauffer l’huile de friture plusieurs fois. Il faut également essayer d’avoir une alimentation la plus saine possible comportant, tel que défini par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un régime alimentaire sain composé des éléments suivants : des fruits, des légumes, des légumineuses, des fruits secs et des céréales complètes. Il faut aussi veiller à adopter des mesures d’hygiène irréprochables et pratiquer régulièrement le sport pour ne pas s’exposer à des pathologies beignet-haricot-bouillie.

Hemes NKWA

Travail réalisé dans le cadre du programme Désinfox Afrique

A lire aussi :  Cameroun : Interdite par la loi, l’importation des réfrigérateurs prospère malgré les risques environnementaux

1 thought on “Pas de preuve de la toxicité du plat « beignet-haricot-bouillie »

  1. English will be more understandable than French.
    This doctor is 100% correct. The nitrogen cycle indicates that foods that only aide in nitrogen conversion shouldn’t not be eaten because their functions are just to convert nutrients and minerals to their digestible state. Such foods are high in starch and protein and are all waste products to the body. However foods that are readily digested by the stomach are fruit like in nature containing seeds.
    When someone has heart attack, it is usually plaque build up in the veins and arteries. This plaque is usually as a result of protein accumulation in the bloodstream so we can safely conclude that protein like foods are not acceptable in the body because it causes death.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.