Manipulation : Pas de squelettes humains découverts à Yaoundé

Manipulation : Pas de squelettes humains découverts à Yaoundé

squelettes humains découverts à Yaoundé En fin de semaine dernière, une vidéo devenue virale sur Whatsapp notamment donne à voir des squelettes humains entassés dans une pièce. D’après des audios toutes aussi virales qui accompagnent la vidéo, ces squelettes ont été découverts dans une chambre au quartier Briqueterie à Yaoundé à la suite d’une fouille des éléments de force de l’ordre.

En l’espace de quelques jours, la vidéo est devenue virale. C’est surtout dans les groupes professionnels et privés sur Whatsapp qu’elle est abondamment partagée. Ladite vidéo donne à voir un grand nombre de squelettes humains, entassés dans une pièce. Les mains protégées de gants médicaux, un homme les soulève et fait une sorte de mise à découvert, sous le regard d’un autre qui tient la caméra. Les deux hommes échangent en Ibo, une des langues parlées au Nigéria. La vidéo s’accompagne de trois messages vocaux, tout aussi viraux. C’est une voix de femme que l’on écoute.

En fin de semaine dernière, une vidéo devenue virale sur Whatsapp notamment donne à voir des squelettes humains

Dans l’un de ces audios, cette dernière affirme d’un ton émotionnel que, « la vidéo ci ça sort du quartier Briqueterie ». Et elle explique ensuite : « donc il y a les nigériens au quartier Briqueterie là-bas. On enlève les enfants, on enlève les gens. Ils se passent pour les hommes qui draguent les femmes. Il te drague là. Il t’aime bien. Il te donne tout ce que tu veux. Après il part t’étrangler dans une chambre il te laisse pourrir là. En tout cas tu ne pourris pas tu sèches. Donc on a découvert ça là-bas dans une chambre au quartier Briqueterie (Sic) ». Dans un autre des audios, elle précise dans quel contexte et quel jour cette vidéo a été réalisée.

D’après ses déclarations, c’est « le jour où il y a eu explosif à Mokolo là parce que c’est la 2è fois qu’on nous place les bombes là-bas donc ils sont passés dans les fouilles jusqu’à la Brique c’est là où ils sont allés découvrir ça. Comme je vous dit-là. (Sic) ». A ce jour, la vidéo et les audios sont partagés de nombreuses fois.

Vérification

Grâce à une recherche d’images inversées avec Smallseotools et Yandex, aucun résultat ne fait mention du Cameroun. Seulement avec Yandex, nous retrouvons une photo très ressemblante des images de la vidéo en circulation, avec des squelettes humains entassés dans une pièce. Ladite photo est contenue dans un lot de quatre photos illustrant une publication sur Twitter. Le tweet en question est de Nana Yaw Suspense  et date du 8 juillet 2020. Le message qui accompagne les quatre clichés est en anglais : « This spiritualist left his country (Togo) and did this to citizens of another country. What was discovered at his shrine. (Sic)”, peut-on lire.

Traduction, « ce spiritualiste a quitté son pays (le Togo et a fait cela aux citoyens d’un autre pays. Ce qui a été découvert dans son sanctuaire ». Aucune information sur le pays où ces ossements ont été découverts n’est donnée. Mais dans les commentaires des internautes se demandent où cela s’est passé. L’auteur du tweet qui a un drapeau du Ghana à côté de son nom répond que c’est au Nigéria. Et dans la vidéo qui fait l’objet de cette vérification, les deux hommes qui y échangent parlent dans une des langues maternelles du Nigéria. En outre, un autre des résultats squelettes humains découverts à Yaoundéobtenus donne à voir des squelettes humains entassés dans une pièce comme dans la vidéo, ou encore dans un camion bene, etc. Les photos en question illustrent un article du site CKN News.

squelettes humains découverts à Yaoundé quartier Briqueterie à Yaoundé à la suite d’une fouille des éléments de force de l’ordre

Cependant les faits rapportés et rattachés à ces ossements humains sont tout autre, bien qu’ils se soient déroulés au Nigéria. En effet, l’article que signe Abiola Alaba Peters fait savoir que, « L’hôpital d’Etat d’Otta dans l’Etat d’Ogun a procédé le 30 mars à un enterrement de masse des cadavres non réclamés dans leur morgue », lit-on. Le papier a été publié le 3 avril 2018.

Cette vidéo circule quelques jours après la 2è explosion au marché Mokolo à Yaoundé. C’était le 12 juillet 2022. La première ne remontait alors qu’au 2 juillet de la même année. Les commentaires des audios en circulations indiquent notamment que cette macabre découverte aurait été faite alors que la police ratissait largue pour mettre la main sur les suspects à l’origine de la pose des explosifs au marché Mokolo.

Marthe NDIANG

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.