INDEPENDANCE & IMPARTIALITE

DataCameroon est un média indépendant, qui ne reçoit aucun soutient d’un Etat ni d’un parti politique. Son unique source de financement est l’association Adisi-Cameroun, organisation de la société civile éditrice du site DataCameroon. Elle travaille avec des financements de partenaires camerounais ou étrangers (CFI, NED, CIJ, Defyhatenow, Pagof, etc.) qui, tous, s’engagent à ne pas influencer la ligne éditoriale du site et le travail de ses journalistes. DataCameroon travaille donc en toute impartialité et s’engage, dans sa rubrique de fact-checking tout particulièrement, à ne pas concentrer son travail sur une seule partie. Le site respecte les standards internationaux de déontologie journalistiques et d’éthique professionnelle.

LE CHOIX DES SUJETS

Les assertions que DataCameroon décide de vérifier sont détectées par les fact-checkeurs de la rédaction sur Internet et les réseaux sociaux, à travers les médias traditionnels, les déclarations des personnalités publiques, ainsi que sur proposition de ses lecteurs et des citoyens.
Le choix de vérifier telle ou telle assertion s’effectue collégialement dans la rédaction, sur la base de la portée sociétale, politique, etc. de chacune de ces assertions sur les populations, ainsi que sur leur viralité et risques de propagation en termes de rumeurs et de désinformation.
DataCameroon ne vérifie que des informations factuelles, qui peuvent ainsi donner lieu à un travail de vérification incontestable : dates, chiffres, lieux, photos, vidéos, etc. En aucun cas DataCameroon ne vérifie des phrases ou autres types d’assertions qui expriment des opinions ou des prédictions par exemple.

Pour envoyer des assertions à vérifier, vous pouvez contacter la rédaction :
[email protected]
(en précisant un maximum de détails sur le contexte de l’information à vérifier)

LES ETAPES DE LA VERIFICATION

Première étape : contacter les « auteurs »
La première étape du processus de vérification de DataCameroon consiste à contacter l’auteur de l’assertion. Celui-ci peut ainsi exprimer s’il maintient sa déclaration ou sa publication ou bien s’il a fait une erreur et souhaite se corriger.

Deuxième étape : trouver les sources et preuves

Nous choisissons et mobilisons les différentes sources appropriées (sources primaires, documentaires,
etc.) et prenons contact. Nous collectons les informations auprès de celles-ci, puis les traitons.

Pour réaliser son travail de vérification, DataCameroon s’engage à utiliser principalement des sources primaires (premières), autrement dit des sources au plus près de l’information que ses journalistes souhaitent utiliser. La rédaction ne fait appel à des sources secondaires que dans des cas exceptionnels dans lesquels elle ne peut accéder aux sources primaires, auquel cas elle explique obligatoirement sa démarche dans ses articles.
De la même manière, dans chaque production de fact-checking publiée sur son site, DataCameroon s’engage à mobiliser systématiquement plusieurs sources (croisées), sauf dans le cas où une seule source existe sur le sujet.

Troisième étape : rédiger
La rédaction de l’article s’effectue sous la forme la plus factuelle possible en matière d’écriture.

Nous suivons généralement une même trame d’écriture :
– titre informatif ;
– chapô de résumé explicatif ;
– détails de l’assertion vérifiée ;
– contextualisation (politique, économique, sociétale, etc.) plus générale de l’assertion ;
– enquête et parcours de vérification ;
– conclusion sous forme de verdict final (vrai, faux, intox, hors contexte, manipulation, etc.).

Quatrième étape : relire, mettre en forme, corriger 

A la fin de la rédaction du fact-check, l’article passe successivement entre les mains de la cheffe de rubrique, de la rédactrice chef et du directeur de publication pour mise en forme, corrections au besoin.

Cinquième étape : publier
Le directeur de publication, qui est le dernier maillon de la chaîne de production, est celui qui
envoie l’article chez le développeur web qui peut ainsi le mettre en ligne. L’assistante communication de DataCameroon poste ensuite des liens vers l’article sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, LinkedIn, Whatsapp (groupes et statuts). Une attention particulière est accordée à la publication des articles de démenti de DataCameroon afin qu’ils soient visibles par un maximum de personnes préalablement touchées par la fausse information.

LA POLITIQUE DE CORRECTION

Malgré tout le soin que nous apportons à publier des informations rigoureusement vérifiées, il pourrait arriver que quelques erreurs se glissent dans nos textes. Lorsque c’est le cas, nous invitons les lecteurs à nous les signaler via l’adresse de contact de la rédaction : [email protected]

Nous nous engageons ensuite à les corriger de manière claire, visible et transparente : après avoir corrigé l’erreur dans le texte lui-même, nous insérons en haut de l’article, entre le chapô et le texte, un encadré dans lequel nous indiquons :
– la mention « RECTIFICATIF »
– la date et l’heure de modification du texte ;
– l’endroit précis du texte où la modification a été faite ;
– le rappel de l’information erronée que nous avons dû corriger.

Cette politique de corrections applicable à la rubrique de fact-checking de DataCameroon s’applique également à toutes les autres rubriques du site.

Il est possible d’en trouver un exemple ici : Attention, une vidéo de la Centrafrique illustre des faits au Mali

Il ne sera pas apporté de réponse aux messages qui développent uniquement des opinions ou ne permettent pas d’identifier correctement l’erreur à corriger.

CHARTE IFCN ET RECLAMATIONS

La rubrique fact-checking de DataCameroon respecte le Code de Principes de l’International Fact-Checking Network (IFCN), association internationale de journalistes fact-checkeurs basée à Poynter, institut de journalisme étatsunien, en Floride. Ce Code édicte les standards internationaux de fact-checking.

L’objectif de DataCameroon est d’obtenir en 2023 le label délivré par l’IFCN, au terme d’une procédure d’audit entamée dès le fin 2022. La rédaction sera ensuite auditée chaque année dans ce cadre.
A terme, les lecteurs qui observeraient des manquements de la part de la rédaction en termes de respect d’un ou de plusieurs critères de la charte pourront déposer une réclamation en ligne directement sur le site de l’IFCN, en remplissant un formulaire spécifique.