« Ce serait impossible qu’un assureur puisse prendre en charge une telle pandémie mondiale »
Albert Nana, Directeur central Activa Assurances

Albert Nana, Ingénieur, expert Industriel et Directeur central en charge de la Qualité et de la Prévention des Risques au Groupe Activa Assurances fait une analyse des dégâts économiques engendrés par la pandémie de COVID-19 qui sévit dans le monde et au Cameroun.

Quel est le regard que vous posez sur la déferlante Covid-19 en tant qu’assureur ?

Au 25 mars 2020, c’est près de 425.000 cas de contaminations, 19.000 décès enregistrés avec 176 pays touchés par la pandémie COVID-19.  Aujourd’hui c’est plus de 2 milliards de personnes qui vivent en confinement de par le monde, ce qui entraine inéluctablement une grande perturbation de la chaine de production.  Cette baisse s’observe dans toutes les activités, aucun service n’est épargné. Tout est perturbé, les bourses qui dégringolent un peu partout dans le monde, le prix du baril du pétrole qui baisse chaque jour.

Les dégâts économiques sont déjà perceptibles à travers le monde, qu’en est-il du secteur de l’assurance ?

On prévoit du fait de la pandémie COVID-19 que la Chine connaisse un net ralentissement de sa production ainsi, sa croissance passerait en dessous de la barre de 5% en 2020 contre 6,1% en 2019 avant de se rétablir à 6% en 2021.  La Chine étant aujourd’hui l’usine du monde on comprend très bien que le monde entier soit impacté par ce fléchissement. COVID-19, ce n’est plus seulement la Chine, c’est l’Italie, les USA, l’Espagne, l’Allemagne, la France, tous ces pays riches en industrialisés qui sont aujourd’hui fortement impactés.

L’assureur étant cette entreprise qui apporte sa garantie pour soutenir toutes ces activités va voir son chiffre d’affaires fortement impacté du fait de ce ralentissement, de ce frémissement en raison de la pandémie COVID-19 qui a envahi le monde entier, le secteur de l’assurance n’évoluant pas en vase clos subira très certainement de plein fouet toutes ces perturbations du fait de la forte contraction de l’économie mondiale. L’économie mondiale ainsi fortement perturbée, c’est ainsi qu’on a observé des fortes chutes des indices des bourses de par le monde au courant de ce mois de mars avec des chutes à deux chiffres : TSX au CANADA : -11,69% ; IBOVESPA au Brésil :  -13,81% ; CAC40 en France : -12,31% ; DAX en Allemagne : -12,24%, FOOTSIE au Royaume Unis : -10,87% …

Les dégâts liés à cette maladie sont-ils répertoriés parmi les cas qu’un assureur dédommagerait ?

Non !!!!!!! Ce serait impossible qu’un assureur puisse prendre en charge une telle pandémie mondiale. La pandémie COVID-19 est déjà répertoriée comme faisant partie du Tops 10 des pires pandémies de ces 50 dernières années.  Elle occupe la 2e position de ce top 10 venant juste après la grippe porcine H1N1 de 2009 qui avait fait 284.500 morts avec 762.630.000 personnes infectées dans 214 pays de par le monde. La pandémie coronavirus vue son ampleur ne peut être prise en charge par les assureurs.  Comme l’a dit le Président français, Emmanuel MACRON, nous sommes en situation de guerre et c’est pour cette raison que des Etats décrètent des états d’urgence sanitaire, mettent en place des fonds colossaux pour combattre cette pandémie, pour soutenir l’économie de leur pays.  Comme exemple :  les Etats Unis ont injecté 2.000 milliards de Dollars US, le Sénégal, 1000 milliards F CFA, la Côte d’Ivoire, 95,88 milliards F Cfa, la France de plus de 1000 milliards d’Euro …

Comment prévenir les risques liés au Covid-19 du point de vue d’un assureur ?

Se prévenir contre le COVID-19 du point de vue de l’assureur n’est pas différent de ce que les experts ont édité après les observations de la pandémie. Il faut observer toutes ces mesures barrières qui sont diffusées tous les jours sur les toiles, les communications d’entreprises, les mesures de confinement décrétées par nos gouvernements, respecter toutes les mesures gouvernementales arrêtées pour barrer la voie à la pandémie. Dès les premiers symptômes appeler 1510 pour le Cameroun, rester surtout chez soi et éviter les contacts pour éviter des contagions.

Quelles sont vos prévisions en matière de risque dans les prochains jours, semaines et mois ? 

La pandémie COVID-19 est tellement rapide qu’il devient très difficile et hasardeux de donner des prévisions de contaminations.  C’est ainsi qu’on a observé en rien qu’une semaine des montées en flèches des contaminations :

  • Etats Unis : +46.416 Nouvelles infections soit +633,75% passant ainsi du 8erang des pays les plus infecté au 3e rang.
  • Italie : +37.670 Nouvelles infections soit +119.56% gardant toujours son 2erang de pays le plus infecté après la Chine.
  • Allemagne : +21.689 Nouvelles infections soit +191.91% gardant toujours son 5erang de pays le plus infecté après l’Espagne.
  • Espagne : +25.975 Nouvelles infections soit +186.74% gardant toujours son 4erang de pays le plus infecté juste après l’Allemagne.

Avec ces taux de progression de contamination très élevés, le confinement sera la seule solution pour stopper la progression de la pandémie avec tout ce qui s’ensuit, le frémissement de l’économie mondiale, la perturbation mondiale des chaines d’approvisionnement. Aujourd’hui près du tiers de la population mondiale est confinée avec l’Afrique qui est aujourd’hui attaquée, la barre de 3 milliards de population confinée sera atteinte.

Entretien réalisé par Paul- Joel Kamtchang

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.