Consommation: Les prix des denrées alimentaires en hausse
Le prix de la banane plantain en hausse

Les tubercules, les graines et les fruits sont les produits qui connaissent une flambée sur le marché. Les pluies et la crise anglophone au banc des accusés.

Le maïs, le plantain, et des tubercules sont des produits alimentaires qui connaissent une flambée de prix sur le marché. Alors que certains commerçants évoquent les pluies comme raison de cette hausse de prix, d’autres se penchent plutôt sur la crise dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. « La patate ne se cultive plus assez dans le Nord-Ouest, et ceux qui le font vendent cher. Aujourd’hui, le sac de 50kg coûte 15 000F Cfa, alors qu’il coûtait 7 000F Cfa à cette même période l’année dernière », témoigne Jeanne Merveille D., commerçante au marché central de Douala.

Comme elle, plusieurs commerçants se plaignent du coût élevé des produits alimentaires, surtout lorsque c’est la période de récolte du produit en question. « Entre le mois de juin et celui d’août, le marché abonde de pommes de terre, mais cette année, ce n’est pas le cas. Non seulement c’est cher, mais c’est aussi rare sur le marché. Le sac de 50kg qui coûtait 15 000F Cfa coûte de nos jours 22 000 F Cfa », renseigne Solange T. Pour elle, le mauvais état des routes, et la crise dite anglophone sont les principales raisons de cette inflation.

Une hausse qui se ressent dans le panier de la ménagère. Selon Irène Ngo les prix des produits alimentaires sont passés du simple au triple sur le marché. « Les fruits en plus d’être rares, sont chers. La papaye a disparu des étals, le plantain on n’en trouve plus, le macabo pareil. Je vais au marché avec 5000 F Cfa et je rentre avec le sac presque vide parce que tout est cher. Pour une famille nombreuse il est vraiment difficile de remplir les marmites », déplore cette ménagère.

Selon l’Institut national de la statistique (Ins), l’Indice des prix à la consommation finale des ménages à Douala, a progressé de 0,1% en juin 2020, après une baisse de 0,2% le mois dernier. « Cette augmentation des prix résulte notamment de la poursuite de la hausse, certes à un rythme moins soutenu, des prix des produits alimentaires (+0,3% après +0,8% le mois précédent) », souligne la note. D’après cette étude, plusieurs autres articles sont à l’origine de cette augmentation, à savoir la montée des prix des articles d’habillement et chaussures qui est passé de -0,4% en mai 2020, à +0,4% en juin de la même année. Tandis que les prix des meubles, des articles de ménage et d’entretien courant du foyer ont atteint +0,4% au mois de juin, contre une stabilité le mois précédent.

En outre, l’Institut ajoute que la hausse mensuelle des prix des produits alimentaires a été portée par celle des fruits, des pains et céréale, et des viandes. C’est ainsi qu’entre mai et juin 2020, les fruits sont passés de -4,9% à +3,8% ; les céréales de -0,5% à +2,4% et les viandes de -0,8% à +0,4%. Les prix des viandes, expliquent l’INS augmentent du fait de la remontée des prix de la volaille (+3,0% après -3,9% le mois dernier) et de la viande du porc (+0,3% après avoir été stable en mai).

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.