Covid-19 : 21 districts de santé sur 24 touchés dans le Littoral
Source : OMS-Cameroun/DataViz by ADISI-Cameroun

Afin de contribuer aux efforts du gouvernement contre la Covid-19 dans cette région qui est la deuxième la plus touchée au Cameroun, avec plus de 8525 cas positifs, l’OMS a mis la disposition de la délégation régionale de la Santé publique pour le Littoral, 2 minibus et 10 ordinateurs de bureau.

Avec 21 districts de santé affectés sur les 24 que compte la région, le Littoral depuis le début de la pandémie de Covid-19 au Cameroun est la deuxième région la plus touchée, avec déjà près de 8525 cas positifs en date du 20 janvier 2021, d’après le Ministère de la santé publique (Minsanté).  Cependant l’épicentre de la maladie reste le département du Wouri, qui compte 9 districts de santé, à en croire Dr Hans Mossi Makembele Coordonnateur régional de Lutte contre les épidémies, par ailleurs Incident manager adjoint du système de gestion de l’incident contre la Covid-19 dans le Littoral.  Les districts de santé de Deïdo, de Mbangue et de la Cité des palmiers recensent les plus grands nombres de cas confirmés.

                                            Source : OMS-Cameroun/DataViz by ADISI-Cameroun

Malgré tous les efforts mobilisés pour combattre cette maladie qui a déjà fait 462 décès au niveau national, dont 115 dans le Littoral, la région connait depuis le mois de novembre une recrudescence des cas, conséquence selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Cameroun, de la forte transmission communautaire. « C’est en raison de la sévérité des symptômes, du mode de transmission communautaire, que l’OMS a pu mobiliser auprès de l’Agence française de développement (AFD) un financement de 401 435 923 F CFA pour un projet d’appui à la décentralisation de la réponse à la pandémie de Covid-19 dans les 9 districts de santé les plus affectés de la région du Littoral », a déclaré le Dr Phanuel Habimana, représentant de l’OMS Cameroun.

Cette déclaration a été faite le 27 janvier 2021 à Douala au cours de la cérémonie de remise de 2 minibus et de 10 ordinateurs de bureau à la délégation régionale de la Santé publique pour le Littoral. Ils contribueront respectivement pour le Transport des équipes d’intervention et la gestion des données. « Ce don arrive à point nommé, au moment où le Cameroun connait une augmentation des cas confirmés, alors que nous voulons reprendre une vie normale en allant au stade, à l’école, et en reprenant les activités socio-économiques. Il va falloir remobiliser les équipes autour du Minsanté et des autres partenaires, aussi les médias pour sensibiliser les populations sur la reprise des gestes essentiels », explique le représentant du Minsanté.

Ce don entre dans le cadre du « projet AFD de l’Appui à la décentralisation de la réponse à la Covid-19 ». Ledit projet, explique Dr Phanuel Habimana, qui vient en complément aux multiples efforts du gouvernement camerounais et des partenaires, a contribué à la maitrise de la pandémie au Cameroun par la réduction de la propagation, la réduction de la morbidité et de la mortalité liées à la Covid-19 dans le Littoral. « Le projet devait initialement couvrir la période d’août à octobre 2020, mais a été étendu jusqu’en janvier 2021. Il a ciblé 2,8 millions de personnes en tant que bénéficiaires directs dans les districts affectés par la pandémie et visait à contribuer au contrôle adéquate et précoce des cas suspects et des décès de la Covid-19 dans le Littoral », relève le représentant de l’OMS.

Lire aussi : https://datacameroon.com/plus-de-55-milliards-fcfa-absents-des-decomptes-du-minsante/

Lancé en août 2020, le projet a entre autres, favorisé la formation et le recyclage de 31 points focaux de surveillance sur la gestion des données, 13 points focaux pour le PCI, 100 personnels de santé composants les 29 EIIR présents dans les 9 districts de santé de Douala, 214 agents de santé communautaires formés à la sensibilisation des populations. « Tous ces efforts ont contribué à une augmentation du testing et une maitrise de la léthalité qui est passée de 3,8% au démarrage du projet à moins de 1% à l’état actuel », souligne Dr Phanuel Habimana.

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.