Covid-19 : A Douala, moins de 2 mille personnes vaccinées
Source: Rapport de situation COVID-19 N°76/DataViz by ADISI-Cameroun

Bien que la cible vaccinale traine encore les pas, 1600 personnes ont déjà reçu leurs premières doses de vaccin dans la région du Littoral qui compte 32 centres de vaccination agrées, depuis le lancement de la campagne le 15 avril 2021.

« Le district dispose aussi d’un centre de vaccination où vous pouvez vous faire vacciner. Nous sommes installés sous le hangar aménagé juste à l’entrée du bâtiment », informe un agent mobilisateur au district de santé de Bonassanama dans l’arrondissement de Douala 4e.  Il est environ 10 heures ce vendredi 30 avril 2021.  La femme d’une quarantaine d’année, habillée d’un t-shirt bleu dédié à la campagne de vaccination contre la Covid-19, arpente l’enceinte du district de Santé de Bonassama. Elle s’arrête à chaque fois que l’occasion se présente, pour sensibiliser et informer les visiteurs sur la nécessité de penser au vaccin.

En face d’elle, plus d’une cinquantaine de volontaires au test de dépistage de la maladie à coronavirus, en majorité des voyageurs, qui attendent d’être prélevés. Pourtant très convaincante dans son discours, personne ne manifeste sa volonté de se porter candidate au vaccin, en dehors de satisfaire certaines curiosités liées au vaccin. « Je ne me suis pas encore préparé pour le vaccin. Ce qui m’intéresse pour l’instant, c’est de faire mon test Covid. Le vaccin viendra peut-être plus tard », affirme Alain Etah.

Dans ce centre, les deux vaccins déjà reçus au Cameroun, AstraZeneca et Sinopharm, sont disponibles, et offert gratuitement au candidat. Par contre, au centre de vaccination de l’hôpital de district de Bonassama, seul le vaccin Sinopharm, réservé prioritairement au personnel de santé, est disponible ce jour. Selon une source, le deuxième est encore en attente. Dans cette formation sanitaire, ce n’est pas encore la grande affluence. Quelques volontaires se présentent par moment depuis le lancement de la campagne apprend-on, mais sans combler les objectifs journaliers visés. Certains personnels affectés au service, vaquent à d’autres occupations en attendant un potentiel volontaire.

A lire aussi :  Bois en grumes : Le droit d'exportation fixé à 60% de la valeur FOB 
Source: Rapport de situation COVID-19 N°76/DataViz by ADISI-Cameroun

Au Centre médical d’arrondissement (CMA) de Congo 1 dans le district New-Bell, l’ambiance est quasiment la même. Les quatre personnels de santé affectés à ce service sont installés chacun à son poste ce jeudi 29 avril 2021. La glacière pour le stockage du vaccin est disposée sous une table, derrière laquelle est installée la vaccinatrice. En dehors des patients ordinaires, les candidats pour le vaccin se font rares. Il est environ 12 heures, et seulement 6 personnes ont été enregistrées. Des volontaires qui seront appelés une fois qu’une liste de 10 personnes sera constituée pour recevoir la première dose du vaccin AstraZeneca.

Lire aussi : https://datacameroon.com/covid-19-34-200-vaccins-offerts-a-la-region-du-littoral/

Selon le coordonnateur régional du Programme élargi de vaccination (Pev), Léonard Ewanè, 32 centres de vaccination agrées sont opérationnels dans la région du Littoral qui a déjà enregistré 1600 personnes vaccinées. « Dans la région du Littoral, nous avons 32 centres de vaccination accrédités qui vaccinent en poste fixe, d’autres centres ont été aménagés, et certains le seront dans les jours à venir. A ceci, s’ajoutent les équipes mobiles, dont 37dans toute la région, qui vont pouvoir conduire les séances de vaccination dans d’autres lieu de rassemblement pour faciliter l’accès à la vaccination », explique-t-il. Lancée le 15 avril 2021, la campagne de vaccination s’étend dans toute la région du Littoral et vise prioritairement une catégorie de personne. Entre autres, le personnel de santé, les personnes âgées de plus de 50 ans.  Il est interdit aux enfants de moins de 18 ans, femmes enceintes, les personnes qui ont une température de plus de 39°… La vaccination des personnes testées positifs lors de l’administration du vaccin, est différée de six mois.

A lire aussi :  Forum « S’engager ! - Dialogues Afrique-Europe » : parole à la jeunesse !

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.