Nord : Le canari, baptisé « frigo artisanal », a le vent en poupe
Le stand des canaris au nouveau marché de Boulgou, non loin de Pitoa, région du Nord. (©RSP)

Nord : Le canari, baptisé « frigo artisanal », a le vent en poupe

Fabriqué à base d’argile par des potières, ce récipient est le fruit d’un art qui trouve un créneau fertile dans les périphériques de la ville de Garoua. Le canari est considéré, de par l’usage, comme un « frigo artisanal » en cette période de forte canicule canari frigo artisanal.

Micheline Mado, 52 ans, fabrique et commercialise des canaris. Ce 25 avril 2023, cette potière comme de coutume, est venue écouler son stock au marché périodique de Ouro Labbo, une bourgade de Garoua, région du Nord. « J’ai hérité la poterie de ma mère », affirme-t-elle. Cette artisane offre des récipients de différents volumes, parfois en fonction des commandes.  « Les capacités varient de 2 à 70 litres. Il y en a pour tous les prix ; 500 F Cfa, 1.000 F Cfa, voire 3.500 F Cfa en fonction de la capacité. Ils se transportent avec délicatesse », explique-t-elle, non sans préciser que les clients se recrutent dans toutes les couches de la société.

Au Nord, les canaris sont fabriqués à l’aide de l’argile. Ces sortes de marmites artisanales très prisées en cette période de chaleur sont encore appelées « frigo naturel ou artisanal » par la population de cette région célèbre avec ses températures élevées. « Le canari conservent de l’eau fraiche. Les gens achètent beaucoup, surtout dans les zones non couvertes par l’énergie électrique », confie Mamma, potière dans la localité de Pitoa.

Le frigo artisanal qui est le canari est fabriqué au Nord du Cameroun

Le canari, produit de l’artisanat féminin n’est pas seulement utilisé comme frigo pour rafraîchir et conserver de l’eau. Les récipients de petites capacités sont utilisés en cuisine pour remplacer les marmites modernes. On peut y cuisiner du couscous, préparer la sauce, réchauffer de l’eau, etc. « C’est moins cher et très pratique. Ça permet de conserver de l’eau devant les mosquées, dans les marchés et les lieux publics pour le breuvage, les ablutions et autres usages », confie Sébastien Lama, habitant de Garoua.

A lire aussi :  Déforestation au Cameroun : la société civile tire la sonnette d’alarme

Au marché périodique de Boulgou, une localité située à 3km de Pitoa, à une dizaine de kilomètres de Garoua, ouvert le 18 avril 2023, ces artisanes ont aménagé leur stand. Ce qui fait d’ailleurs une spécificité de cet espace marchand qui se tient tous les mardis, construit  au pied du mont Tinguelin sur une superficie de 3 hectares.

Outre la poterie, plusieurs stands sont aménagés par les commerçants, entre autres les céréales, vin traditionnel, bois de chauffe, produits vivriers et de première nécessité, des ateliers de couture, le marché du bétail.

Jérôme Baïmélé

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.