« Je suis fière de faire partie des quelques femmes qui cultivent le cacao »

Nyassa Christine, productrice de cacao au village Biagnimi (Ntui)

“Depuis 2 ans, je gère la cacaoyère de 4 hectares laissée par mon défunt mari. Cette activité me permet de subvenir aux besoins de mes 6 enfants. Auparavant, je cultivais le manioc et le macabo pour l’alimentation de la famille. J’apprends encore à faire la comptabilité. Je sais qu’en 2020, j’ai dépassé une production de 1,5 tonnes de cacao. Du vivant de mon mari, j’étais intéressée de le voir travailler dans la cacaoyère. Aujourd’hui que j’ai repris l’affaire, ce n’est pas facile car il y a beaucoup de travail. J’aimerais pouvoir compter les pieds de cacao comme le faisait mon mari. La femme seule ne peut pas. J’emploie 3 ouvriers qui s’occupent de la plantation. Ils reçoivent 30% des ventes de la production. Au moment de la récolte, je paie aussi des femmes pour concasser les cabosses et prélever les fèves. Je suis fière de faire partie des quelques femmes qui cultivent le cacao au village.  Au sein du GIC, je suis très considérée et écoutée. On m’a même proposé le poste de trésorière que j’ai refusé.”

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.