Santé : Des changements en vue dans les polices d’assurance maladie
assurance maladie au Cameroun

La mise en œuvre de la Couverture santé universelle entrainera entre autres, soulignent les assureurs, de nouvelles offres, de nouveaux acteurs spécialisés dans la branche santé… Mais aussi, une diminution des primes pour les compagnies qui couvrent les salariés des entreprises et les particuliers.

« Les sociétés au pays sont comme le Cameroun… l’assurance c’est uniquement pour les cadres », dénonce une déclarante en douanes sous anonymat. Choquée par cette situation, elle envisage de souscrire à une assurance maladie après la prochaine révision de son contrat. Une option qu’elle a trouvée pour offrir une couverture du risque maladie à sa famille.

Contrairement à elle, Georges Hermann Soffo, employé à Africa Sécurity, une entreprise de gardiennage, bénéficie d’une police d’assurance santé à laquelle a souscrit son employeur. « Nous sommes assurés à 80%, et cela inclut les médicaments », informe-t-il. Son épouse, dont le diagnostic médical a révélé l’an dernier qu’elle avait une infection de foie est l’une des bénéficiaires de son assurance.

Hospitalisée pendant 21 jours à l’hôpital Ad-Lucem de Douala, Georges avoue que c’est grâce à son assurance que son épouse a pu se faire soigner, car la facture s’élevait à plus de 435 000 F Cfa. « Nous n’avons droit qu’à 4 jours d’hospitalisation. Mais vu son état critique, l’assurance a décidé de nous en à ajouter 2 », raconte-t-il. Toujours insuffisants pour sa prise en charge, la compagnie décide une fois encore, de faire une prorogation. « Au lieu de 4 jours, nous avons bénéficié de 10 jours de prise en charge. Il était de ma responsabilité de payer les 11 jours supplémentaires », explique l’agent de sécurité. Incapable de payer les 85 000 F Cfa restants, Georges a été contraint de signer un bond de reconnaissance pour que sa femme puisse quitter l’hôpital.

Selon un responsable de prise en charge(Pec) patient qui a requis l’anonymat, ce phénomène est très récurrent dans les hôpitaux. « Il arrive souvent que le malade n’ait plus de quoi payer. Il est obligé de signer une lettre d’engagement qu’on dépose à la police », rapporte la source.  Cette démarche protège les hôpitaux des patients qui profitent de leur souscription pour arnaquer les formations sanitaires. « Les sociétés d’assurances demandent que l’on s’occupe des patients directement après présentation du bond de prise en charge. Sauf qu’il y en a qui le font alors qu’ils ne cotisent plus», explique le Pec patient.

Au Cameroun, seulement 2,13% (2017) de la population ont souscrit à une assurance santé, indique Marc Mbourou Atangana, Directeur général de AMT assurances, un démembrement de la société d’assurance AllianzAvec l’arrivée de la Couverture santé universelle (Csu), explique-t-il, les assurances santé et vie connaitront obligatoirement un changement. Notamment avec de nouvelles offres, de nouveaux acteurs spécialisés dans la branche santé, plus de development de produits, mais aussi avec diminution des primes pour les compagnies qui couvrent actuellement les salariés des entreprises et les particuliers. « Il y aura les gens qui vont rester dans leur couverture actuelle haut de gamme : extension de soins à l’étranger, taux de couverture à plus avantageux allant jusqu’à 100% ; évacuation sanitaire, rapatriement de corps… », déclare le Directeur général de AMT

Décomposée en plusieurs garanties, la garantie de base, souligne-t-il, est celle qui va prendre en charge la Couverture santé universelle et d’autres garanties appelées garanties complémentaires. « Ainsi, le changement va s’opérer sur l’amélioration des garanties non couvertes par l’État afin d’avoir des offres complémentaires alléchantes et toucher un plus grand nombre », renseigne l’assureur qui  observe cependant que la Csu du gouvernement sera en palier selon les cotisations et catégories de personnes à savoir les fonctionnaires ou agent de l’Etat, les agents du secteur privé, et les agents du secteur informel, etc.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.