Secteur extractif : Les revenus budgétaires évalués à plus de 700 milliards F Cfa en 2019

En hausse de 23,86% par rapport à 2018, l’apport du secteur extractif au budget de l’État est passé de 568,32 milliards F Cfa à 703,91 milliards F Cfa d’après une analyse du rapport ITIE 2019.

En 2019, le secteur extractif a contribué un peu plus qu’en 2018 au budget de l’Etat camerounais. D’après le rapport de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives au Cameroun (ITIE) 2019, présenté au mois de novembre 2021, ce secteur a contribué à près de 703,91 milliards F Cfa au budget de l’Etat. En 2018, cette contribution s’évaluait à 568,32 milliards F Cfa, soit une hausse de 23,86%.

Ces revenus sont portés principalement par la Société nationale des hydrocarbures (SNH), la compagnie pétrolière nationale camerounaise. Mandataire de l’Etat du Cameroun dans le secteur amont des hydrocarbures, cette entreprise représentent 66,99 % desdits revenus avec près de 471,53 milliards F Cfa.  L’impôt sur les Sociétés pétrolières pointe en deuxième position avec une contribution de 17,12%, soit 120,48 milliards F Cfa, suivi des droits de transit dont la part est de 4,97 % et les autres recettes 10,92%.  En 2021, la SHN a annoncé avoir transféré à l’Etat, après déduction des charges, 321,567 milliards F Cfa au 31 octobre 2021. Une somme est en hausse de 22,42% sur un an grâce à la remontée des prix du pétrole, selon l’entreprise.

Au Cameroun, le pétrole brut représente l’essentiel de la production et de l’exportation du secteur extractif, suivi du gaz et l’or. Dans les détails, le pays a produit 24, 93 millions de barils, avec 25,08 millions de barils exportés. Le secteur des hydrocarbures a généré près de 1 287,66 milliards F Cfa en termes de production tandis que les exportations ont rapporté 1 185,49 milliards F Cfa.  Pour ce qui est du secteur minier, 341,05 kg de l’or ont été produits, pour une valeur 6,31 milliards F Cfa et 33,25kg exportés. La production du diamant quant à elle, est évaluée à un peu plus d’un million de carat. Globalement, le secteur des mines et carrières a produit 10,47 milliards de F Cfa.

A lire aussi :  Grand-Nord : Au moins 15 000 arbres plantés entre 2019 et 2021

Au 31 décembre 2019, indique l’ITIE le domaine pétrolier national compte entre autres 03 autorisations exclusives de recherche et 21 concessions et/ou autorisations exclusives d’Exploitation (AEE) pour la partie sous contrat, d’une superficie totale de 11 895,16 km2 ; 02 blocs objet de négociations (Logbaba Exploration, dans le bassin Douala-Kribi-Campo et Ngosso dans le bassin Rio Del Rey) de 517,19 Km2 et 10 blocs libres de 19 426,76 km2. 18 sociétés pétrolières sont actives dans la recherche ou la production pétrolière, seules ou dans le cadre de consortiums constitués à cet effet. En termes de potentiel minier, le pays dispose des réserves de fer, bauxites, or, diamant, saphir et cobalt-Nickel-Manganèse.

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.