Accès à internet : Environ 31 % de Camerounais passent 4 à 6 heures en ligne chaque jour

Tel est l’un des résultats du rapport d’enquête sur les dynamiques de l’accès à internet au Cameroun réalisé par ADISI-Cameroun qui a été officiellement présenté le mercredi 29 septembre 2021 à Yaoundé. La cérémonie était couplée à une table ronde qui avait pour thème : accès à internet et droits de l’homme au Cameroun.

Les sites de divertissement, de messageries instantanées, d’actualités, de football et des sites d’études en ligne sont selon le rapport sur les dynamiques de l’accès à internet au Cameroun, ce sur quoi passent la plupart du temps, les jeunes de moins de 40 ans, connectés à internet au Cameroun. Indique le rapport d’enquête « sur les dynamiques de l’accès à internet au Cameroun ».

Les résultats de cette étude réalisée par l’Association pour le développement intégré et la solidarité interactive (Adisi-Cameroun), vont en droite ligne avec « We are social et HootSuite » qui avaient indiqué qu’hormis des sites et des moteurs de recherches tels que Wikipédia.org, Google (.com ; .cm ; .fr…), reasearchgate.net, les internautes camerounais passent plus de temps sur les réseaux sociaux, les sites de diversement et de pornographie. « Le fait que beaucoup de jeunes et de chômeurs, en particulier les garçons et les hommes passent plus de temps sur des sites de jeu d’argent que sur des sites qui offrent des opportunités d’emplois comme Jobsinfocamer.com, donne encore à réfléchir », déplore ce rapport. Qui indique également que le domaine d’activité des utilisateurs d’internet peut expliquer le temps qu’ils mettent sur internet.

D’ailleurs, « environ 31 % de participants ont révélés qu’ils passaient 4 à 6 heures en ligne chaque jour, contre 28% qui passaient 1 à 3 heures. Tandis que 13% d’entre eux passaient 7 à 9 heures de temps en ligne, 10% passaient 10 à 12 h et 30% n’étaient pas précis quant à leurs activités quotidiennes », renseigne ce document de 48 pages. Des résultats cohérents avec quelques tendances démographiques qui indiquent que les jeunes de 21 à 40 ans, les étudiants, les chercheurs et les hommes d’affaire… ont tendance à passer plus de temps en ligne. Ce qui expliquerait le choix des 548 utilisateurs de internet qui se  concentrent très souvent sur le divertissement, 499 sur les études et recherches, 447 sur l’apprentissage, 431 sur les actualités, 408 sur la messagerie instantanée, 278 sur les jeux, et 231 sur le football…

A lire aussi :  Développement durable : Les jeunes à l’affût des solutions

Malgré la facilité que semblent avoir les populations à se connecter à internet, ces derniers révèlent néanmoins que le Cameroun a encore beaucoup à apporter en matière de qualité et de coût. Et notamment à ce sujet, le rapport indique que 48 % d’utilisateurs de internet pensent que ce service et celui des appels téléphoniques sont abordables, contre 6 % qui disent qu’ils sont bon marché, et 46% qui estiment qu’ils sont très onéreux.

A en croire Paul-Joël Kamtchang, secrétaire exécutif d’ADISI-Cameroun, ce travail qui a été présenté aux administrations, à la société civile et aux médias, le mercredi 29 septembre 2021 à Yaoundé, a pour principal objectif la mise en exergue des tendances, des défis et des perspectives de la dynamique de l’accès à internet au Cameroun, ainsi que celle des Droits humains en ligne. Cette enquête résulte d’un travail de terrain réalisé de mai à juin 2021 avec un échantillon de  602 répondants dans les villes de Douala, Yaoundé, Buéa, Bamenda, Bafoussam et Maroua.

Michèle EBONGUE, de retour de Yaoundé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.