Accès à l’eau potable : Au Cameroun, 43 % de ménages en zone rurale manquent d’eau potable
Source: INS/ DataViz by ADISI-Cameroun

Contrairement à la zone urbaine, où 96 % de ménages ont accès à une eau de bonne qualité, le calvaire continue en milieu rural, avec 4% de familles qui disposent d’une source d’eau   potable à proximité du lieu d’habitation, renseigne la 5e Enquête Démographique et de Santé du Cameroun.

Si le Cameroun présente des progrès dans ses services d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement, plusieurs camerounais, principalement dans les zones rurales, n’ont toujours pas accès à ces services de base. Il ressort des résultats de la cinquième Enquête Démographique et de Santé du Cameroun (EDSC-V) réalisée sur le terrain du 16 juin 2018 au 19 janvier 2019, par l’Institut National de la Statistique (INS) et publié en février 2020, que 43 % de ménages en milieu rural, utilisent de l’eau provenant d’une source non améliorée. Par contre, dans les zones urbaines du pays, 96 % des ménages consomment l’eau d’une source améliorée (l’eau de robinet, les puits à pompe ou forage, les puits creusés protégés, l’eau de source protégée et l’eau de pluie).

 

Source: INS/ DataViz by ADISI-Cameroun

Parlant de proximité, quatre ménages urbains sur dix, soit 42 % utilisent l’eau provenant d’un robinet qui se trouve dans le logement, la concession, cour, parcelle ou chez le voisin.  En milieu rural, ce pourcentage n’atteint que 4 %. En ce qui concerne le traitement de l’eau de boisson, les résultats montrent que le pourcentage de ménages qui utilisent un moyen de traitement approprié de l’eau varie de 15 % en urbain à 9 % en rural.

Concernant la disponibilité régulière de l’eau en milieu urbain, parmi les ménages utilisant de l’eau de robinet ou de l’eau provenant d’un puits à pompe ou d’un forage, près de la moitié, 46 % ont déclaré avoir subi une interruption de fourniture d’eau d’au moins un jour au cours des deux dernières semaines précédant l’enquête. Cette proportion est de 52 % à Yaoundé/Douala et de seulement 18 % en milieu rural.

Au niveau national, renseigne l’INS, près de huit ménages sur dix, soit 79 %   ont accès à une source améliorée d’eau de boisson avec 71 % ayant un service élémentaire d’approvisionnement (une source améliorée qui se trouve sur place ou qui est située à un endroit tel que le temps d’approvisionnement aller-retour est de 30 minutes ou moins) et 8 % un service limité. Au niveau régional, la population du Nord est le plus dépourvu en eau potable. Les résultats régionaux montrent que seulement 43% de ménages consomment de l’eau provenant d’une source améliorée.  Les ménages de la région du Sud-Ouest, sont les plus nantis en eau de qualité, avec 98 % qui utilisent une source améliorée d’eau à boire. Cette région est suivie du Littoral 87%, du Sud et Nord-Ouest, qui ont chacune 80%, de l’Extrême-Nord et de l’Ouest, avec chacune 76%, de l’Est, 68%, du Centre, 64%, et de l’Adamaoua.

Globalement, conclut l’INS, on note une tendance à l’amélioration de l’accès des ménages à l’eau de boisson, le pourcentage disposant d’eau sur place étant passé de 19 % en 2011 à 34 % en 2018. Dans la même période, le nombre de ceux qui ont accès à une source d’approvisionnement améliorée située à plus de 30 minutes a diminué, est passé de 27 % à 11 %.

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.