Biodiversité : Vers la gestion des aires protégées

Tel est ce sur quoi a tablé le Programme régional de conservation et de valorisation des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale- Ecofac6.

Les parcs nationaux, les réserves de faunes, les jardins zoologiques et botaniques sont quelques catégories d’aires protégées dont dispose le Cameroun, l’un des pays phare dans la conservation et la gestion de ce patrimoine. Compté parmi les pays qu’appui le Programme régional de conservation et de valorisation des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale (Ecofac), cet Etat présente beaucoup d’opportunités, selon Dr Ibrahim Linjonom, secrétaire permanent de l’organisation pour la conservation de la faune sauvage en Afrique (Ocfsa) et membre du comité de pilotage du programme Ecofac 6.

Le projet qui porte sur l’économie et la gestion des aires protégées dont les retombées sont aussi importantes pour les pays de l’Afrique Centrale que pour le Cameroun, table sur le progrès de la mise en œuvre du programme Ecofac 6, axé sur la valorisation de l’écosystème. A en croire Honoré Tabuna, Commissaire environnement ressources naturelles CEEAC lors du lancement des travaux du comité de pilotage, le mardi 4 mai 2021 à Douala, le projet pilote d’Ecofac vise à construire dans la sous-région, l’économie des aires protégées, un élément important de l’économie verte. Qui enregistre des écosystèmes fragiles dus à quelques actions entreprises, notamment la destruction de la faune sauvage.

D’ailleurs, 27 actions ont été entreprises au Cameroun dans différents domaines, à savoir la lutte contre le braconnage abordée sous forme de patrouille de surveillances, la mise en place des renseignements villageois, le renforcement des capacités des magistrats… Intervenant dans 7 pays d’Afrique Centrale, tous membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), les actions d’Ecofac 6 contribuent à la conservation du patrimoine naturel des Etats partenaires et au développement local dans les espaces périphériques des aires protégées. Lancé en 2017, le programme regroupe 30 contrats de subvention qui inclus 15 aires protégées et une en création, dont une dizaine sont transfrontalières et/ou adjacentes ou très proche des frontières nationales.

Le montant du projet s’élève à 10 milliards F Cfa sur les 40 milliards apportés à l’Afrique Centrale.  Les fonds sont destinés au renforcement de la protection des écosystèmes forestiers notamment par l’appui aux parcs du Dja et du Faro, et à l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.