Blanchiment des capitaux : Le grand Nord en quête des solutions
Pendant la formation

Blanchiment des capitaux : Le grand Nord en quête des solutions

Un séminaire de sensibilisation sur la circulation de Blanchiment des capitaux au Nord l’argent et le financement du terrorisme a réuni, du 4 au 5 octobre 2022, les magistrats et les officiers de police judiciaire des trois régions septentrionales à Garoua.

Le blanchiment des capitaux fait du mal à l’activité économique. L’argent sale circule. Des capitaux occultes qui financent et nourrissent la grande criminalité. Ces constats sont faits par le ministère des Finances (Minfi) et l’Agence nationale d’investigation financière (Anif). C’était à l’occasion d’un séminaire de sensibilisation des magistrats et des autorités d’enquêtes sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme organisé par le Minfi, du 4 au 5 octobre 2022 à Garoua.

Dans la partie septentrionale du Cameroun, la grande criminalité se manifeste sous différentes facettes. Notamment, la nébuleuse Boko Haram qui sévit dans la région de l’Extrême-Nord depuis bientôt 10 ans. Le Blanchiment des capitaux au Nord braconnage et la contrebande rallongent la liste dans le Nord. Le phénomène du vol de bétail avec demandes de rançons est une autre forme de criminalité que les populations du Grand-Nord subissent ces derniers temps.

la circulation de l’argent et le financement du terrorisme

Comme conséquence, l’appauvrissement de la population qui se vide de ses biens, mettant ainsi à genou l’élevage et l’agriculture, les deux principales activités qui soutiennent l’économie de cette partie du pays.

C’est fort de ces réalités et le souci d’apporter des solutions à ces fléaux que le ministère des Finances a réunis les magistrats et les officiers de la police judiciaire (OPJ) exerçant dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adamaoua.

Il ressort de cette session de formation que le Cameroun accuse un retard dans la lutte contre les risques liés au blanchiment des capitaux, à la circulation de l’argent sale et au financement du terrorisme. C’est un diagnostic réalisé après évaluation par l’Anif et d’autres institutions spécialisées, notamment le Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (Gabac) et le Groupe d’action financière (Gafi).

Blanchiment des capitaux au Nord Un séminaire de sensibilisation sur la circulation de l’argent

Ce retard est illustré, d’après les institutions spécialisées pour ce secteur, par l’absence d’une seule décision de justice rendue ayant trait avec le blanchiment des capitaux. « La lutte contre ces maux renforcent la confiance vis-à-vis des partenaires financiers nationaux et internationaux. C’est une formation qui vise à mieux outiller les acteurs de premier plan dans Blanchiment des capitaux au Nord cette lutte acharnée », a indiqué Jean Abaté Edi’i, gouverneur de la région du Nord et représentant du ministre des Finances.

Jérôme Baïmélé

A lire aussi :  Croissance : Comment revaloriser le SMIG au Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.