Université de Bertoua : 3 établissements sur 4 facultés ouverts

Université de Bertoua : 3 établissements sur 4 facultés ouverts

A l’origine de cette ouverture progressive de l’institution infrastructures et enseignants de l’Université de Bertoua créée en début d’année 2022, un déficit d’infrastructures et d’enseignants.

Les étudiants qui ont obtenu le baccalauréat cette année et qui souhaitaient poursuivre leurs études dans les facultés des Arts, Lettres et Sciences Humaines, la faculté des Sciences et la faculté des Sciences Economiques et de Gestion de l’université de Bertoua à l’Est ne pourront pas le faire.

Pour cette année, ces facultés n’ont pas ouvert leurs portes. Tout comme, l’école Supérieure des Sciences de l’Urbanisme et du Tourisme et l’école Supérieure des Transformations des Mines et des Ressources. Comme conséquence, les étudiants de ces filières vont toujours parcourir des centaines de kilomètres pour trouver ces infrastructures et enseignants de l’Université de Bertoua établissements dans d’autres villes du pays.

un déficit infrastructures et enseignants de l’Université de Bertoua ?

En effet, pour l’année académique 2022-2023, parmi les 4 facultés et 4 grandes écoles qui constituent l’université de Bertoua, « seulement 3 sont ouverts aux étudiants ». Il s’agit de la faculté des sciences juridiques et politique (FSJP), l’Institut d’Agriculture du Bois, de l’Eau et de l’Environnement (ISABEE) de Belabo et l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Bertoua.

Selon les témoignages, l’absence d’infrastructures et d’enseignants sont à l’origine de cette ouverture progressive des filières à l’université de Bertoua. Créée le 5 janvier 2022, l’établissement comptait déjà plus de 4000 étudiants de l’ex annexe de la FSJP de l’Université de Yaoundé 2 Soa qui depuis la rentrée scolaire 2015 fonctionnait dans les bâtiments d’emprunts respectivement à l’Ecole normale des instituteurs d’enseignement technique (ENIET) et au lycée technique de Kano. De l’autre côté, l’école normale supérieure (ENS) opérationnelle dans la ville depuis 2018 comme annexe de l’université de Ngaoundéré fonction lui aussi dans les locaux du lycée scientifique de Bertoua.

Ce défi infrastructurel a été observé lors du tout premier cours intitulé, « introduction au droit » dispensé le lundi 10 octobre 2022 à l’amphi 1000 de la FSJP, logé dans les locaux du lycée technique de Kano, qui n’a pas pu contenir tous les étudiants. « Nous avons énormément souffert du manque d’enseignants pendant notre infrastructures et enseignants de l’Université de Bertoua formation car en dehors de quelques professeurs titulaires qui venaient de Yaoundé, le reste des cours était dispensé par les chargés de travaux dirigés (TD) dans des conditions précaires. Nous croyons que la situation n’a pas beaucoup évoluée », expliquent les étudiants de la FSJP de l’ex annexe de Soa, pour la plupart aujourd’hui en thèse de doctorat.

Sébastian Chi Elvido à l’Est

A lire aussi :  Université de Bertoua : Le défi infrastructurel du premier recteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.