Can 2021 : Après plus de 10 ans d’absence, les taxis sont de retour à Garoua

L’arrivée massive des mototaxis et le mauvais état des routes sont entre autres raisons qui ont engendré la disparition de ces « oiseaux jaunes » de la ville, qui reviennent grâce à l’avènement de la Coupe d’Afrique des nations de football.

La population de la région du Nord se réhabitue peu à peu à l’usage des taxis jaunes. Pour se mouvoir dans la ville, il faudra emprunter soit la moto ou alors le taxi. « C’est très pratique et confortable », affirme Mohamadou Nourou qui vient de descendre d’un taxi non loin de la Commune de Garoua 2e. Ce moyen de transport urbain a disparu de la circulation dans la capitale régionale du Nord depuis plus d’une dizaine d’années. « On avait des taxis qui circulaient dans la ville il y a quelques années. Par la suite, les motos ont envahi les lieux et avec l’état des routes à l’époque, les taxis n’étaient pas rapides. Les motos ont alors pris le dessus. Garoua a désormais des routes bitumées. Ces taxis ne vont plus disparaitre de la ville », assure Oumaroua, un conducteur de taxi. Le coût de transport varie en fonction de la destination. Il faudra par exemple débourser 200 à 250 F pour la distance Poumpoumré-Avenue des banques.

Dans cette ville qui accueille le groupe D de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) Total Energies 2021, les taxis réapparaissent grâce aux efforts conjugués des autorités administratives et des opérateurs économiques. « Nous avons tissé des partenariats avec les opérateurs économiques et les taxis vont assurer la circulation urbaine pendant et après la CAN. C’est plus sécurisant que les motos. Vous savez que les motos ne peuvent pas entrer partout, ils vont s’arrêter à un niveau et on va continuer avec les taxis », explique Dr Ousmaïla Mohamadou, maire de la ville de Garoua.

A lire aussi :  Made in Cameroun : La production des farines locales en projet

En effet, pendant la compétition, la circulation des motos est interdite dans certaines zones de la ville. « Le maire a défini des orientations, les motos n’iront pas jusqu’au stade les jours du match », informe Abdourahaman qui regrette néanmoins le déficit du nombre de taxi par rapport à la demande.

Pour améliorer le transport urbain pendant la CAN Total Energies, une vingtaine de taxis a été réceptionnée par le ministre des Transports en visite à Garoua. La ville connait une circulation plus intense avec l’arrivée des étrangers. Une situation qui a entrainé une montée en flèche du coût de transport.

Jérôme Baïmélé à Garoua

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.