Consommation : Des dizaines de milliers de litres d’eau Sano saisis dans le Littoral
Quelques palettes d'eau Sano dans un espace marchand

La délégation régionale du Commerce qui met ainsi en application l’arrêté du Ministre qui demande le retrait de cette marque du marché, a également saisi 10 000 litres à l’usine.

Boulangerie Coaf à Douala ce mercredi 10 mars 2021, aucune bouteille d’eau de marque Sano n’est visible sur l’espace réservé à l’eau minérale. « Nous ne vendons pas l’eau Sano ici », lâche la caissière. A la Boulangerie Zépol, le constat est le même. Impossible d’en savoir pourquoi, le responsable des boissons est absent.

Contrairement à ces boulangeries, les bouteilles d’eau minérale Sano sont bien visibles sur les étals chez les petits commerçants. Des palettes de 1,5 et 0,5 litres sont exposées au vu et au su de tout le monde. Pourtant, le ministre du Commerce (Mincommerce) a ordonné le vendredi 5 mars 2021, le retrait immédiat de cette marque d’eau minérale du marché. Une information qui ne serait pas parvenue aux oreilles de tous les commerçants. « Mes livreurs ne sont pas venus m’en parler, la dernière livraison date de 2 semaines, donc je ne suis au courant de rien », lâche Mireille T, tenancière d’une boutique.

À ce même sujet, Suzanne K. n’est informée ni de la scellée de l’entreprise Sano, ni de l’interdiction de vente de cette eau. « Nous vendons à côté d’un hôpital, ce qui explique le fait que nos plus grands clients sont les malades. Dans ce cas, pourquoi ajouter des maladies à quelqu’un qui souffre déjà ? Si l’eau est interdite, alors je ne vais plus en vendre », confie-t-elle. Mais pour définitivement cesser de commercialiser cette marque, il faudrait épuiser le stock. « Il ne me reste que 2 palettes. C’est vrai que ça prend du temps pour les déstocker, mais après cela, je n’en vendrais plus », assure la commerçante.

A lire aussi :  Bois en grumes : Le droit d'exportation fixé à 60% de la valeur FOB 

 Saisie

A en croire un agent de la Brigade des contrôles et de répression des fraudes de la délégation régionale du Commerce pour le Littoral rencontré sur le terrain, les descentes de sensibilisation se font depuis le lundi 8 mars 2021. « Nous sommes obligés de le faire, car plusieurs ne suivent pas l’actualité. Cette semaine est réservée à la sensibilisation. Nous allons passer à la répression la semaine prochaine », confie-t-il sous anonymat. Ce dernier révèle que plusieurs supermarchés de la ville de Douala ont encore des stocks d’eau Sano. « On demande aux gens de gérer leurs stocks hors de la surface commerciale. Nous ne sommes pas habileté à faire des perquisitions », dit-t-il.

Selon le délégué régional du Commerce pour le Littoral, Simon Omgba Belinga, les consignes du Ministre de retirer ces produits du marché doivent être appliquées à la lettre. « Nous avons reçu les instructions fermes du ministre du Commerce allant dans le sens d’assainir tous les marchés en retirant les bouteilles d’eau Sano », souligne le délégué. Ce travail qui s’effectue dans tous les 4 départements du Littoral a permis de saisir en plus des 10 000 litres à l’usine, des dizaines de milliers de litres dans les marchés locaux. Douala étant fortement concernée en raison de l’installation de l’usine de production et de conditionnement de cette eau, les équipes y sont déployées afin d’assainir tous les marchés de la ville. « Ce n’est qu’en le faisant que nous pouvons être sûr que toute la ville est assainie. Je puis vous garantir que d’ici la fin de cette semaine, on ne parlera plus des éventuelles bouteilles Sano, quel que soit le conditionnement », certifie Simon Omgba Belinga.

A lire aussi :  Santé locale : 16% des populations participent aux actions des communes

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.