COVID-19 : 145 personnels hôteliers licenciés pendant la quarantaine à Yaoundé
Situation Covid-19 à Yaoundé

COVID-19 : 145 personnels hôteliers licenciés pendant la quarantaine à Yaoundé

COVID-19 personnels licenciés quarantaineLes 21 hôtels qui ont fait l’objet des réquisitions administratives signées du Gouverneur de la région du Centre ont accueilli en exclusivité près de 322 personnes sur une période allant de mars à mai 2020. Les conséquences humaines et financières y découlant sont légions.COVID-19 personnels licenciés quarantaine

Pendant la pandémie Covid-19, près de 375 chambres ont été réquisitionnées dans 21 établissements hôteliers de la ville de Yaoundé. Même si le coût des factures accumulées par les hôtels durant cette période reste inconnu du grand public, l’on peut noter que les prix des chambres pour ces hôtels dont les standings varient de 1 à 3 étoiles vont de 20 mille F Cfa   pour les chambres simples à 80 mille F Cfa pour les chambres VIP.

COVID-19 personnels licenciés quarantaineAprès le séjour des personnes mises en quarantaine, le ministère de la Santé Publique (Minsanté) en collaboration avec la croix rouge camerounaise a effectué des opérations de nettoyage et de désinfection dans l’ensemble des structures hôtelières réquisitionnées par les autorités de la région. D’après Tang Joseph, Contrôleur N° 1 à la délégation régionale du tourisme et loisirs pour le Centre, « l’ensemble des hôtels réquisitionnés n’accueillent plus des personnes soumises à la quarantaine depuis près de 5 mois. Des mesures d’accompagnement ont par ailleurs été mises en place par l’Etat pour leur permettre de se relever.COVID-19 personnels licenciés quarantaine »

COVID-19 personnels licenciés quarantaine administratives signées du Gouverneur de la région du Centre ont accueilli en exclusivité près de 322 personnes

Lire aussi : https://datacameroon.com/covid-19-la-mfoundi-rafle-les-ressources-de-lutte-contre-la-covid-19-dans-le-centre/

Du coté des opérateurs hôteliers, COVID-19 personnels licenciés quarantainela relance des activités n’est pas la chose la plus facile. « Les clients sont de plus en plus réfractaires à l’idée d’être logés dans nos établissements. Et pourtant, nous avons pris la peine de faire appel aux professionnels des métiers de l’hygiène pour désinfecter de fond en comble nos installations. Nous avons même fait rénover notre structure pour permettre aux clients de se sentir à l’aise », explique Mohamed Ramziz, réceptionniste à l’hôtel Relais Saint Jacques.COVID-19 personnels licenciés quarantaine

Le taux de fréquentation à drastiquement chuté comme le confirme Pierre Ndzana, Directeur de l’Hôtel Félicia. D’après lui : « le taux de fréquentation est passé de 45 par jour à moins de 15 personnes. En plus de cela, les clients présents ne sollicitent que les services d’hébergement. Le reste des services est inactif malgré tous les efforts de rénovation et de communication que nous avons entrepris. Dans cette situation, il est de plus en plus difficile pour les hôtels de réaliser leurs chiffres d’affaires. » Le directeur d’exploitation de l’hôtel Colibri situé à quelques lieux de l’aéroport international de Nsimalen, dit avoir payé le prix fort de son implication dans l’accueil des personnes mises en quarantaine.  Selon lui, seul 9 des 15 chambres réquisitionnées par le gouverneur de la région du Centre ont été occupées sur une période de 3 jours. Et pourtant, son personnel et lui ont dû observer 5 mois de fermeture.

COVID-19 personnels licenciés quarantaineStratégies de relances

Pour sa réouverture, le gérant de l’hôtel jeanne Erik Vernyuy a opté pour une rénovation complète de sa structure. L’idée selon lui est de rassurer sa clientèle et les convaincre de s’y rendre à nouveau sans aucune crainte. Son objectif à court terme est de capter certains visiteurs durant le CHAN et la CAN. Des mesures de prévention telles que l’installation des postes de lavage de main, la recommandation et l’exigence du port du masque dans les espaces communs et la distribution des gels hydro alcooliques aux clients ont été mise en place.

Lire aussi : https://datacameroon.com/covid-19-a-douala-la-dizaine-dhotels-requisitionnes-reclament-son-argent/

Le Mansel Hôtel par exemple situé au quartier Fouda à quelques minutes du Stade Omnisport de Yaoundé a dû fermer ces portes pendant plus de deux mois afin de désinfecter et rendre sain l’ensemble de ces installations. D’autres établissements tel que, Lysa, Ascot, Colibri, Saint Jacques, Félicia et Lustral ont également entrepris des opérations supplémentaires couteuses visant à renouveler la totalité des équipements et installations afin de donner un nouveau visage à leurs structures.

Congés techniques

A la suite des réquisitions administratives, la majorité des hôtels de la ville de Yaoundé a adopté la mise en congé technique du personnel afin de faire face au risque sanitaire et à la pression salariale. Ainsi, une partie du personnel des hôtels, soit 145 personnels administratif et technique à savoir les personnels de chambre, les personnels de cuisine, les personnels d’accueil et de sécurité ont été mis en chômage technique. Certains ont simplement choisi de démissionner à cause de la peur d’être contaminé par les personnes mises en quarantaine. C’est le cas à l’hôtel Ascot ou 7 des 12 membres du personnel ont dû abandonner leurs postes du fait de la psychose créée autour de la Covid-19, du manque d’équipement de protection, et de la réduction des salaires durant cette période.

Pour faire face à la pression budgétaire, la majorité des hôtels de la ville de Yaoundé a opté pour une offre salariale de 50% du salaire normal pour les personnels retenus avec une augmentation de la charge de travail par heure. Celles des personnes mises en congé ont pour certains établissements bénéficié d’un paiement décroissant sur six mois en attendant un quelconque rétablissement de la situation financière des hôtels.

COVID-19 personnels licenciés quarantaineSubvention

COVID-19 personnels licenciés quarantaineAfin de soutenir et minimiser l’impact de la Covid-19 sur la situation économique des entreprises hôtelières et de restaurations, le gouvernement a signé le 22 juillet 2020 un décret portant création d’un fond Spéciale de la solidarité Nationale d’une valeur de 1,7 milliards F Cfa. Le présent fond en cours de traitement selon les responsables de la délégation régionale du Tourisme pour le Centre, accorde une part de 810 millions aux structures hôtelières impliquées dans la stratégie de riposte à la Covid-19. La note circulaire N°E-0342 signée du Ministre d’État, Ministre du Tourisme et des Loisirs adressée aux délégués régionaux pour diffusion, définit les critères d’éligibilité.COVID-19 personnels licenciés quarantaine

Cependant, cette information ne semble pas avoir été relayée à certains responsables des établissements hôteliers. Rencontré à son bureau le jeudi 19 Novembre 2020, le directeur d’exploitation de l’hôtel Copa Cabana situé au lieu-dit Odza Koweit City dit ne pas avoir été informé de l’existence d’un tel fond. Au Contraire, il soutient toujours attendre la réaction du gouvernement qui, depuis l’opération de désinfection de l’hôtel, n’a plus jamais donné la moindre nouvelle. Les factures des prestations fournies pendant cette période attendent toujours d’être payées.

Ces travaux dont réalisé dans le cadre du PAGOF avec le soutien technique de CFI, Expertise France sous financement de l’AFD

Emmanuel Batake à Yaoundé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.