Covid-19 : 44 pays, dont le Cameroun, auront besoin d’une aide alimentaire extérieure
Un champs de manioc

Dans son rapport sur les Perspectives de récolte et situation alimentaire dans le monde, la FAO a dressé une liste d’une trentaine de pays africain, sur 44 dans le monde, qui à cause des effets de la pandémie Covid-19, auront besoin d’une aide alimentaire externe pour satisfaire leurs besoins.

Les effets de la pandémie de COVID-19, pourront également provoquer une détérioration des conditions d’insécurité alimentaire en Afrique, et dans le monde. Même si la production agricole a relativement été peu affecté, à en croire l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les mesures initiées pour contenir la propagation de la pandémie Covid-19, ont entrainé un ralentissement de l’économie susceptible d’avoir un impact sur la sécurité alimentaire.

Dans son rapport sur les Perspectives de récolte et situation alimentaire, publié le 2 juillet 2020, la FAO relève que 34 pays africains, sur 44 dans le monde feront face à une insécurité alimentaire. Les pays en situation de crise ayant besoin d’une aide extérieure pour couvrir leurs besoins alimentaires sont ceux qui devraient manquer de ressources pour traiter eux-mêmes les problèmes d’insécurité alimentaire signalés. Les nations citées dans cette enquête, sont ceux exposés aux crises liées à un manque de disponibilités vivrières, à un accès limité à la nourriture, ou à des problèmes graves mais localisés.

Le Cameroun figure parmi les 34 pays africains listés. Près de 2,6 millions de personnes pourront, d’après cette étude, être en situation d’insécurité alimentaire grave (phase 3 ou supérieur) au deuxième trimestre 2020. Environ 45 % de la population touchées, sont celles installées dans les Régions anglophones, notamment le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, encore en proie aux combats entre les forces de sécurité et les groupes séparatistes. La situation risque de s’aggraver dans la région de l’Extrême-Nord qui connait une insécurité grandissante qui a déclenché une nouvelle vague des déplacés internes.

Tout comme le Cameroun, la République centrafricaine (RCA), le Tchad, le Congo, la République démocratique du Congo (RDC) sont les autres pays de la sous-région Afrique Centrale concernés. Pour le cas de la RCA, cette agence onusienne estime à 2,4 millions, le nombre de personnes en situation de grave insécurité alimentaire pendant la période de soudure (mai-août 2020). Soit une augmentation de 15 % par rapport aux 2,1 millions prévus avant la pandémie de Covid-19.

La FAO indique que si la production agricole n’a relativement pas été touchée et si les approvisionnements en aliments de base sont généralement abondants ou stables, les pertes de revenus dues aux mesures mises en œuvre pour contenir la propagation de la maladie et le ralentissement économique général risquent d’accroître la gravité et la prévalence de l’insécurité alimentaire. Toutefois, malgré ces problèmes, la récolte mondiale de céréales devrait croitre dans toutes les régions, sauf en Europe. La production céréalière en Afrique pour 2020 devrait augmenter de 1 % bien que des baisses soient attendues dans les régions du nord, de l’ouest et du centre du continent.

Les prévisions de la FAO pour l’ensemble de la production céréalière dans les pays à faible revenu et à déficit vivrier (PFRDV) pour la saison 2020/21 s’élèvent à plus de 492 millions de tonnes, soit 6 % au-dessus de la moyenne. Ce qui marque ainsi une hausse de la production pour la cinquième année de suite. Néanmoins, les populations augmentent plus vite et le total des importations en provenance des PFRDV est estimé à plus de 73 millions de tonnes, soit en hausse de 5 % par rapport à l’année précédente.

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.