Covid-19 : La pandémie, une menace pour près 116 millions de naissances attendues
Une femme enceinte en periode de Covid-19

D’après l’Unicef, les mesures d’endiguement de la COVID-19 risquent de perturber des services de santé vitaux, tels que les soins pendant l’accouchement, mettant en danger des millions de femmes enceintes et leur bébé.

La pandémie du Covid-19 qui exerce actuellement une pression sur les systèmes de santé et les chaînes d’approvisionnement médical du monde entier a des répercussions sur les femmes enceintes et les nouveaux nés. Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), estime dans un communiqué publié le 7 mai 2020, que 116 millions de bébés naîtront dans l’ombre de cette pandémie.  D’après cette agence onusienne, l’ensemble de ces naissances surviendront dans les 40 semaines suivant la date à laquelle la COVID-19 a été qualifiée de pandémie, le 11 mars 2020.

Ces jeunes mères et ces nouveau-nés devront faire face à de dures réalités, dont les mesures d’endiguement mises en place dans le monde entier.  Telles que les confinements et les couvre-feux, la détresse des centres de santé débordés par les efforts de riposte, les ruptures d’approvisionnement et d’équipement, et la pénurie d’accoucheurs qualifiés en raison de la réaffectation des agents de santé, y compris des sages-femmes, aux services accueillant des patients atteints de la COVID-19.

Ces mesures d’endiguement de la COVID-19, prévient l’Unicef risquent de perturber des services de santé vitaux, tels que les soins pendant l’accouchement, mettant en danger des millions de femmes enceintes et leur bébé. « Des millions de femmes à travers le monde se sont lancées sur le chemin de la parentalité dans le monde d’hier. Elles doivent désormais se préparer à donner naissance dans le monde d’aujourd’hui – un monde dans lequel les femmes enceintes ont peur de se rendre dans des centres de santé par crainte d’être infectées ou ne peuvent pas bénéficier de soins d’urgence en raison de services de santé surchargés et des mesures de confinement. Il est difficile d’imaginer à quel point la pandémie de coronavirus a redéfini la maternité », a déploré Henrietta Fore, directrice générale de l’UNICEF.

A lire aussi :  Grand-Nord : Au moins 15 000 arbres plantés entre 2019 et 2021

Les pays qui devraient enregistrer le plus grand nombre de naissances au cours des 9 mois suivant la date à laquelle la pandémie a été déclarée sont l’Inde (20,1 millions), la Chine (13,5 millions), le Nigéria (6,4 millions), le Pakistan (5 millions) et l’Indonésie (4 millions). La plupart de ces pays d’après ce communiqué, enregistraient déjà des taux de mortalité néonatale élevés avant la pandémie et risquent de voir ces taux s’aggraver sous le coup de la COVID-19. Même les pays les plus riches ne sont pas épargnés. Les États-Unis, sixième pays en termes de nombre de naissances attendues, devraient accueillir plus de 3,3 millions de bébés entre le 11 mars et le 16 décembre.

Même si les femmes enceintes ne sont pas plus touchées que les autres par la COVID-19, l’UNICEF rappelle toutefois que les pays doivent s’assurer qu’elles peuvent encore accéder à des services de soins prénatals, obstétriques et postnatals. De même, les nouveau-nés malades doivent avoir accès à des services d’urgence, car ils sont exposés à un risque élevé de décès. Enfin, les nouvelles familles ont besoin d’accompagnement pour commencer l’allaitement et se procurer des médicaments, des vaccins et des services de nutrition afin de préserver la santé de leur bébé.

Cette organisation suggère aux gouvernements et prestataires de soins de santé de sauver des vies au cours des prochains mois en aidant les femmes enceintes à bénéficier d’examens prénatals, de soins qualifiés à l’accouchement, de services de soins postnatals et de soins liés à la COVID-19, le cas échéant ; en veillant à ce que les agents de santé disposent des équipements de protection individuelle nécessaires et se fassent dépister et vacciner.

A lire aussi :  Grand-Nord : Au moins 15 000 arbres plantés entre 2019 et 2021

Bien que la transmission du virus de la mère au fœtus durant la grossesse ou l’accouchement, ne soit pas encore prouvé, il est recommandé à toutes les femmes enceintes, entre autres, d’observer les mesures de précaution appropriées afin de se protéger de l’exposition au virus, d’être très vigilantes à l’apparition de symptômes de la COVID-19 et de s’informer auprès de la structure dédiée la plus proche en cas d’inquiétudes ou de symptômes.

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.