Covid-19 : « On est tombé dans le secteur de l’hôtellerie à 10% de taux d’occupation »
Yann Anoko, président régional du Syndicat patronal des industries de l’hôtellerie et du tourisme pour le Sud-Ouest

D’après Yann Anoko le président régional du Syndicat patronal des industries de l’hôtellerie et du tourisme pour le Sud-Ouest, ces chiffres ne sont valables que pour Buea et Limbe car dans les zones comme Kumba, Manfé, ou encore Ekondo Titi, les statistiques tournent autour de 0 et 1% de taux d’occupation.

Peut-on avoir un état des lieux dans le secteur hôtelier dans le Sud-Ouest avant la survenue de la Covid-19 ?

En fait, depuis un certain temps à cause de la crise socio-politique, les activités économiques sont fortement réduites. Donc à partir de là, ça se ressent sur l’hôtellerie et en dehors des activités économiques sur lesquelles je vais revenir en détails, le tourisme c’est-à-dire les activités de loisirs ont fortement chuté puisque les voyageurs ne viennent au Sud-Ouest que pour des raisons vraiment professionnelles. Comme je disais précédemment, ça s’est fortement réduit parce que les grandes entreprises qui sont la Sonara et la Cdc ont réduit leurs activités, probablement que l’incendie de la Sonara peut avoir une origine accidentelle, mais peut aussi être dû au fait que l’environnement socio-politique crée une sorte de psychose. Quand vous venez au travail et vous rentrez dans un environnement comme celui-là, ce n’est pas possible. Voilà un peu l’environnement des affaires qui, depuis 2017, est très perturbé. Quand on a coupé internet vous vous rendez bien compte que ça n’a pas été facile pour les entreprises. Par ailleurs les Start-up comme celle de la Montain valley ont préféré déménager à 90% et aller à Douala. Toutes les Start-up, tous les artistes de Buea sont partis s’installer à Bonamoussadi, Makèpè… En termes de statistiques, c’est difficile de vous donner des statistiques mais je peux vous dire que la statistique qui circule c’est que, on est tombé dans le secteur de l’hôtellerie à un taux de, 10% de taux d’occupation. Mais ce 10% doit être valable à Buea et à Limbe. Je pense que dans les zones comme Kumba, Mamfé, Ekondo Titi, on peut parler entre 0 et 1%.

Avec en plus la Covid-19 depuis mars 2020, quelle est la situation actuellement ?

Parlant de Limbe par exemple, en juillet 2018, il y a eu un changement puisque certaines tensions ont fait à ce que, Limbe qui était épargné du gros de la crise notamment le ghost town du lundi, a été aspiré. La ville est sécurisée, la ville est protégée, mais elle reste soumise à un quotidien qui est celui de la crise dite anglophone. Et ce n’est pas facile. L’hôtellerie c’est un service qui est offert aux particuliers et aux entreprises. Sachez que les grands hôtels à partir de 3 étoiles, ne peuvent vraiment fonctionner que si dans la semaine, ils ont des personnes qui viennent dormir. Nous avions une dizaine de sociétés ici qui envoyaient leur personnel qui, quand ils étaient en mission ils venaient dormir y compris les sociétés pétrolières. Quand vous parlez de Covid, il faut savoir que, l’activité économique au Cameroun a commencé à chuter avec la crise pétrolière. Le prix du baril qui a fortement chuté a impacté l’activité pétrolière. Quand je dis activité pétrolière, l’activité de recherche pétrolière, la production. Donc à partir du moment où les grandes sociétés comme Perenco, comme Cosmos, Euro Oil ont arrêté de faire de la recherche, ça fait moins de techniciens, d’ingénieurs sur le terrain, ça fait moins de personnes dans les hôtels. Que se soient de Limbe ou autres. Il en reste un peu à Kribi où là ce n’est pas du pétrole qu’on recherche mais du gaz.

Où en êtes-vous avec le fond Covid-19 annoncé par le gouvernement pour soutenir les entreprises touchées par la Covid-19 ?

Je vous renvoie la question. Je n’en ai aucune idée. Nous avons souscrit, nous avons fait une demande en tenant compte de trois mois d’électricité, trois mois de salaire, mais nous n’avons pas eu de suite, nous n’avons pas eu d’accusé de réception. Je sais qu’il y a un autre fonds qui est le fonds des Pme par le ministère des Pme et de l’artisanat… Il y a des dossiers et des dossiers et ça prend du temps ? Vous n’êtes intéressés à faire un dossier que quand vous avez au moins 50% d’espoirs que vous pouvez avoir un retour positif. Le fonds Covid-19 est de 180 milliards F Cfa je crois bien. 1.7 pour le ministère du tourisme, 810 millions pour l’hôtellerie et les autres départements je n’ai pas ça ici parce que je n’étais pas forcément concerné. Jusqu’ici aucun hôtel dans la région du Sud-Ouest n’a eu cet argent sinon je l’aurai su, je l’aurais entendu et je crois même que le gouvernement aurait communiqué dessus. Je ne sais pas ce qu’il se passe. Où est le blocage dans ce fonds Covid ? je ne sais.

Marthe NDIANG, de retour de Limbe

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.