Décentralisation : L’élection du Maire de la ville et ses enjeux (Partie III)
Bathelemy Kom Tchuenté, expert des questions de décentralisation

Tout comprendre sur l’élection du Maire de la Ville, ses fonctions et les enjeux de la nouvelle loi sur la décentralisation au Cameroun… Une analyse de Barthélemy Kom Tchuenté (*), Expert en décentralisation et membre de la Commission Décentralisation et Développement Local du Grand Dialogue National.

Partie III : L’incidence du vote ethno tribal dans le paysage politique camerounais

Avec le retour au multipartisme au début des années 1990 et à l’issue des élections présidentielles, législatives et municipales, il est apparu que la carte politique du pays se dessine à travers l’implantation géographique des partis politiques au niveau national, régional et local. Le constat effectué laisse apparaître que l’enjeu des élections n’est pas motivé par le choix des hommes et des femmes capables d’impulser le développement dans leur localité en œuvrant pour l’amélioration des conditions de vie des populations. En effet, l’électeur ne vote pas pour un programme politique, mais en faveur des candidats appartenant à sa tribu ou celui du leader de parti politique de sa localité d’origine ; c’est ce qu’il convient d’appeler « vote ethno-tribal ».

Lire aussi Partie I : https://datacameroon.com/decentralisation-lelection-du-maire-de-la-ville-et-ses-enjeux/

Il apparaît de plus en plus que le vote communautaire ou ethno tribal est une réalité dans le paysage politique camerounais. C’est ainsi que les ressortissants du Centre, de l’Est et du Sud expriment majoritairement leurs suffrages en faveur du RDPC de Paul BIYA, les bamilékés ressortissants de l’Ouest en faveur du MRC de Maurice KAMTO après l’ère des anglo-bamis où le SDF avait le vent en poupe dans cette région, les ressortissants du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en faveur du SDF de NI John FRU NDI, les bassa du Nyong et Kelle et du littoral en faveur de l’UPC et maintenant du PCRN de Cabral LIBI, les bamouns de l’Ouest notamment du département du Noun en faveur de l’UDC d’Adamou NDAM NJOYA, les ressortissants du Grand Nord en faveur de l’UNDP de Bello Bouba Maigari, du FSNC de Issa Tchiroma Bakari ou du MDR de Dakole Daïssala, les Bafang du Haut-Nkam en faveur de l’UMS de Pierre KWEMO et j’en passe.

Lire aussi Partie II : https://datacameroon.com/decentralisation-lelection-du-maire-de-la-ville-et-ses-enjeux-2/

Toutefois, ce constat n’est pas englobant dès lors que l’on peut attribuer un vote majoritaire des Sawa du Littoral en faveur du RDPC au pouvoir à défaut d’un leader charismatique originaire de cette aire culturelle. Ce qui est certain c’est que la nouvelle carte politique qui se dessine au sortir du double scrutin législatif et municipal du 09 février 2020 a confirmé cette tendance, et l’avenir nous donnera davantage l’occasion d’apprécier cette recomposition du paysage politique au regard du fort taux d’abstention enregistré que certains mettent à l’actif de la campagne de boycott soutenue par le MRC et le CPP, alors que d’autres pensent qu’il s’agit d’une désaffection des populations qui manifestent davantage leurs désintérêts pour la chose politique compte tenu du délitement social, de l’insécurité grandissante et de nombreuses difficultés d’accès aux services essentiels de base. En attendant, il n’y a pas de doute que la configuration politique et tribale du collège électoral est déterminante et de nature à influencer le résultat de tout scrutin dans le contexte actuel du Cameroun marqué par le tribalisme et l’accroissement d’un repli, identitaire au détriment du vivre ensemble, gage de l’unité et de l’intégration nationales.

 (*) Barthélemy Kom Tchuenté

Ingénieur général de Génie civil

Expert en décentralisation

Membre de la Commission Décentralisation et Développement Local du Grand Dialogue National

Auteur de l’ouvrage intitulé « Cameroun : La décentralisation en marche »,

Paru en 2014 aux Editions « Les Presses Universitaires de Yaoundé ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.