Électricité : Au Cameroun, 41% de sources de perturbations sont liées aux incidents de transport

Parmi les autres facteurs qui ont contribué à la dégradation de la qualité de service sur le premier semestre 2021, le déficit de production Eneo (20%) et les travaux de distributions (14%) viennent respectivement en 2e et 3e position.

La dégradation de la qualité de service d’électricité fait partie des multiples plaintes des consommateurs Camerounais adressées à l’entreprise distributrice d’énergie électrique au Cameroun, The energy of Cameroon (Eneo). Bien que généralement attribuées à Eneo, les sources de ces perturbations peuvent avoir des origines diverses. En effet, la qualité du service électrique locale résulte non seulement de la distribution, mais aussi de la production et du transport. « Eneo n’est pas le seul acteur opérationnel du secteur de l’électricité… la qualité de service perçue par le client est la somme totale des actes de chaque acteur individuellement, et de tous les acteurs réunis… y compris le client lui-même », explique le Directeur général d’Eneo, Eric Mansuy au cours d’un échange avec la presse le 7 juillet 2021.

Concrètement, Eneo et les producteurs indépendants assurent respectivement 70% et 30 % de la production, tandis que le transport est exclusivement géré par SONATREL et la distribution par Eneo. Au cours du premier semestre 2021 plusieurs facteurs qui découlent de ces différents segments du réseau ont contribué à la dégradation du service au niveau national, et principalement dans les villes de Douala et Yaoundé. Selon une étude de l’entreprise distributrice d’énergie électrique au Cameroun, au cours de cette période, les incidents de transport sont à l’origine de 41% de perturbations enregistrées, suivis du déficit de production Eneo (20%), des travaux de distribution (14%), du déficit production IPPS (11%), des incidents de distribution et des travaux de transport.

Des projets importants sont en cours de réalisation, à en croire le Directeur général pour remédier à un certain nombre de désagrément, du moins pour ce qui relève de leur segment. Dans le réseau interconnecté Nord, par exemple, la compagnie relève comme solution immédiate, un transfert d’une capacité de 24MW des groupes fonctionnant au gasoil en accord avec le Gouvernement (12MW à Garoua, 8MW à Ngaoundéré et 4MW à Maroua). « Eneo a soumis au Gouvernement une proposition de schéma de mise en œuvre des solutions solaires modulaires qui prendra entre autres en compte, l’évolution de la demande industrielle et celle des ménages, les contraintes de réseaux de transport et de distribution », a souligné Eric Mansuy.

Cependant, le service reste plombé par les dettes accumulées autant par l’Etat, que certaines entreprises publiques, évaluées à plus de 200 milliards F Cfa, en augmentation de 40 milliards F Cfa par rapport à 2020. Selon Eneo, les factures de l’Etat, qui a néanmoins apuré partiellement les dettes de ses entreprises, s’élèvent à 150 milliards F Cfa.

Marie Louise MAMGUE

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.