Emploi : Le nombre de chômeurs grimpera d’environ 2,5 millions en 2020

Dans une récente étude, l’OIT estime à près de 188 millions, le nombre de sans-emplois dans le monde et à près de 165 millions, les personnes qui ont un travail insuffisamment rémunéré.

Les emplois nettement rémunérés se feront davantage rares en 2020. Dans sa dernière édition du rapport mondial sur les tendances en matière d’emploi et de questions sociales, publié le 20 janvier 2020, l’Organisation internationale du travail (OIT) indique que le manque d’emploi rémunéré touche près d’un demi-milliard de personnes dans le monde. Plus grave encore, le nombre de chômeurs devrait augmenter d’environ 2,5 millions en 2020. Dans les pays en développement comme le Cameroun, la pauvreté au travail, « modérée ou extrême », devrait augmenter en 2020-21. Définie comme des gains inférieurs à 3,20 dollars par jour en termes de parité de pouvoir d’achat, elle touche plus de 630 millions de travailleurs, soit une personne sur cinq dans la population active mondiale.

Les enfants travaillant dans une carrière de pierre

Les mauvaises conditions de travail, peuvent s’expliquer par un déficit d’emplois décents, associé à la montée du chômage et à la persistance des inégalités. « Le chômage mondial est resté relativement stable au cours des neuf dernières années, mais le ralentissement de la croissance économique signifie qu’à mesure que la main-d’œuvre augmente à l’échelle mondiale, les emplois créés ne sont pas suffisamment nombreux pour absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail », explique cette organisation.

L’OIT relève que l’inadéquation entre l’offre et la demande de main-d’œuvre se répercute au-delà du chômage jusqu’à une large sous-utilisation de la main-d’œuvre. En plus du nombre de chômeurs dans le monde, estimé 188 millions, 165 millions de personnes ont un emploi insuffisamment rémunéré et 120 millions d’autres ont renoncé à chercher activement du travail ou n’ont pas accès au marché du travail. Au total, plus de 470 millions de personnes sont concernées à travers le monde.

Pour ce qui est des inégalités sur le marché du travail, la différence à l’échelle mondiale reste croissante, surtout dans les pays en développement. Entre 2004 et 2017, la part du revenu national dédiés aux travailleurs a connu une chute considérable de 54 à 51 %. Cette baisse « significative sur le plan économique » est plus marquée en Europe, en Asie centrale et dans les Amériques. Au rang des inégalités, il ressort que près de 267 millions de jeunes (âgés de 15 à 24 ans) n’ont pas d’emploi et ne suivent ni études, ni formation, et beaucoup d’autres doivent endurer de mauvaises conditions de travail.

Il faut noter que ce rapport analyse les principaux enjeux du marché du travail, dont le chômage, la sous-utilisation de la main-d’œuvre, la pauvreté au travail, les inégalités de revenu, la part du revenu allouée au travail et les facteurs qui excluent les gens du travail décent.

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.