Forum : La société civile mise sur la bonne gouvernance
Photo de famille

Pour cela, elle s’organise à renforcer le réseau citoyen mobilisé grâce à l’apport des méthodes et outils du community organizing, une méthode d’action et d’organisation collective.

« Aujourd’hui on veut que les populations par le biais des organisations, c’est-à-dire les associations, les syndicats qui sont représentés, ne soient plus spectateurs de leur quartier », déclare Marius Kaptouom, coordinateur de l’association OnEstEnsemble.

Engagée à organiser les populations, à les former sur l’identification des problèmes et la recherche des solutions durables, l’association souhaite une participation plus active des populations afin de mieux gérer les problèmes recensés. « Il ne s’agit pas seulement de parler, mais d’être activement présent sur le terrain pour non seulement faire le contrôle citoyen, mais aussi pour permettre d’interpeller les décideurs et même les entreprises qui sont en charge des questions de développement, pour qu’on ne se retrouve plus dans les problèmes que nous rencontrons aujourd’hui », déclare Marius Kaptouom.

Le forum sur le commuty organizing qui s’est tenu les 8 et 9 décembre 2020 à Douala sous le thème « repenser la citoyenneté active au Cameroun » a été pensé en vue de renforcer les capacités des Organisations de la Société civile afin de faire avancer la gouvernance locale. « Il est effectivement regrettable qu’on assiste que ce soit en ce qui concerne les mobilisations associatives en termes de Société civile, et notamment leur contribution au développement », souligne Dr. Luc Bekono, assistant chargé de cours à l’université de Douala et membre d’honneur de l’association Joie de vivre ensemble (Jovie).

Au-delà des initiatives encore timides, le membre d’honneur de Jovie souligne qu’il y en a qui inculque le découragement. « Il y a la participation électorale qui est marquée par un esprit fataliste qui a été construit au fil du temps par un discours, et parfois par un défaut d’alternative qu’un discours a contribué à décourager l’électeur. Lui qui a pris plutôt l’attitude qui consiste à croire et à faire croire qu’il est inutile de participer au jeu politique », explique-t-il. A ce sujet, l’enseignant pense à une construction de conscience citoyenne et à une conscience de l’enjeu de la vie associative. Ce qui explique l’objectif du forum qui est de renforcer un réseau citoyen mobilisé pour la bonne gouvernance et la transparence de l’action publique grâce à l’apport des méthodes et outils du community organizing.

A lire aussi :  Grand-Nord : Au moins 15 000 arbres plantés entre 2019 et 2021

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.