« Nous sommes à plus de 1000 escales avec près 75% en onshore et 25% d’offshore »
Dex-PAK

Wilfried Michael MAMA Awoumou, Directeur d’exploitation du Port Autonome de Kribi qui revient sur le parcours de cette plateforme portuaire ayant récemment accueilli sa 1 000escale depuis son démarrage en 2018.                                  

Il y a quelques semaines le Port Autonome de Kribi accueillait sa 1000e escale. Avec le franchissement de ce cap symbolique, pourrait-on dire que ledit port a atteint sa vitesse de croisière en termes de trafic ?

Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez au port de Kribi.  Maintenant, pour répondre à votre interrogation, je dirai que nous sommes en bonne voie pour atteindre cette vitesse de croisière. Les résultats sont appréciables et forts encourageants, il faut relever que cela fait moins de deux ans que nous avons démarré les opérations commerciales, et atteindre ce pallier comme vous le dites, est un indicateur incontestable de la bonne marche du projet portuaire et industriel de Kribi.

Pourrait-on avoir une petite idée de l’évolution du trafic sur les différents terminaux du PAK et ses plateformes des hydrocarbures ceci depuis sa mise en service en mars 2018 (nombre de navires reçus et tonnage traité à l’import et à l’export) ?

Comme vous le savez, il y a quelques semaines déjà que le port de Kribi a enregistré sa millième escale ce qui veut dire qu’à l’heure actuelle nous sommes à plus de mille (1000) escales avec près 75% d’escales en onshore et 25% d’offshore. Par ailleurs, nous avons traité dans le même intervalle temporel environ 530 000 conteneurs en EVP pour un tonnage cumulé entre 2018 et 2019 d’environ 15,5 million de Tonne de marchandises traitées sur l’ensemble des terminaux que comptent le port. Le gros du volume provient des exportations de vrac liquide, à savoir le Gaz pour le terminal LNG et le pétrole pour les Terminaux pétroliers.

Tout en nous rappelant les objectifs du PAK en termes de trafic, on aimerait savoir s’ils sont atteints ? Sinon qu’est ce qui fait problème ?

De façon globale, je répondrai par l’affirmatif. Vous savez, démarrer un projet portuaire Greenfield ou toute la connectivité et les facilités sont à parfaire n’est pas aisé, nous tablions sur un démarrage progressif. Il y’a des points d’amélioration certains, par exemple nous souhaitons améliorer notre taux d’attractivité et de captation pour les trafics import non conteneurisés, nous y travaillons activement. Le plus important c’est de voir au jour le jour, les facteurs déterminants pour notre activité se mobiliser en faveur du développement du Port de Kribi.

Il y a quelques mois KCT se plaignait du trafic. Pourriez-vous revenir sur la genèse de cette brouille, son évolution et sa résolution ?

Il n’y pas de brouille à notre connaissance. Le partenaire KCT et le PAK sont absolument alignés dans leur politique de promotion de port.  Cela peut se remarquer à travers une synergie commerciale réelle favorable à tous les clients communs.

Le domaine portuaire étant particulièrement concurrentiel, pourrait-on avoir les bons points du PAK en termes de délais de passage, de coûts de ses prestations, de chiffre d’affaire et même de bénéfices ?

Comme vous le dites si bien, le domaine portuaire est extrêmement concurrentiel et nécessite par conséquent des réponses adaptées pour justement faire face. En termes de délais de passage des marchandises import, il faut retenir que les marchandises peuvent être enlevés seulement 48h après leur arrivée au port, nous avons mis en place des outils performants pour cela.

Que répondez-vous à ceux qui pensent que le PAK est handicapé par son linéaire de quai de 615 mètres et l’absence d’un chemin de fer ?

Tout dépend de l’organisation et de la gestion qui est faite de ce linéaire de quai, les outils intelligents et informatiques mis en place, plus la planification des opérations aussi bien côté mer que coté terre, nous permettent d’optimiser l’utilisation du quai ; il est clair qu’avec la hausse de l’activité que nous observons aujourd’hui, il va de soi qu’il faut anticiper en augmentant les capacités de l’infrastructure tant au niveau du stockage des marchandises qu’au niveau d’accueil des navires, c’est ce qui justifie aujourd’hui la poursuite de la construction de la deuxième phase qui sera livrée bientôt. Pour le chemin de fer, le projet se fera avec le temps, ce sera un plus évident.

Où en est-on avec les travaux de la deuxième phase du PAK et ceux de l’autoroute Kribi-Lolabe ?

Les travaux de construction vont bon train et, comme je l’ai souligné plus haut, elles tirent vers la fin. Je vous invite à y faire un tour de ce côté et vous pourrez vous-même vous faire une idée de l’évolution de la situation sur le terrain. Parlant de l’autoroute Kribi-Lolabè c’est un projet qui est piloté par le ministère des Travaux publiques.

Pourrait-on déjà avoir une petite idée des projections que vous faites pour 2021 dans votre domaine de compétence ?

2021 sera une année de consolidation des résultats engrangés depuis le lancement des activités en 2018 au port de Kribi d’une part et, d’autres part, une année au cours de laquelle, l’exploitation devra franchir un autre cap dans son objectif à terme qui est celui de faire de la plateforme de Mboro, une place portuaire de renom dans la sous-région et dans le Golfe de Guinée plus globalement. Ainsi, avec nos partenaires KCT pour ce qui est du terminal à conteneurs et KMT (Kribi Multipurpose Terminal) qui est le nouveau concessionnaire du terminal polyvalent conjugué à cela le soutien de l’Etat nous pensons obtenir de nouveau de meilleurs résultats.

Pour finir nous vous laissons le soin de formuler les vœux pour que 2021 soit une année couronnée de succès au PAK…

Permettez-moi d’exprimer ma gratitude envers le Directeur Général en la personne de Monsieur Patrice Melom qui nous a fait confiance à travers les missions de l’Exploitation. Je n’ai pas de vœu particulier, à part dire que les équipes du PAK se sont engagées dans une démarche irréversible pour faire bénéficier à nos opérateurs économiques toutes les potentialités et avantages qu’offrent cette infrastructure moderne.  C’est notre raison d’être et notre principal leitmotiv et nous sommes ouverts à toutes réflexions permettant d’améliorer et ou optimiser notre rendement et nos services.

 Réalisé par Damien TONYE à Kribi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.