Insécurité : Des « microbes » infestent Douala
Samuel Dieudonné Ivaha Diboua

Insécurité : Des « microbes » infectent Douala

Après une soirée de panique et de psychose orchestrée par des gangs dans la capitale économique, le gouverneur de la région du Littoral et le préfet du Wouri contre-attaquent avec des mesures conservatoires contestées microbes à Douala Insécurité.

Il est un plus de 19 h, mardi 13 décembre 2022, lorsque Célestin (nom d’emprunt) alerte sa famille. Il vient d’être agressé au lieu-dit Ange Raphael, dans les environs de l’Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec), dans l’arrondissement de Douala 5e. Des jeunes hommes, munis d’armes blanches le dépouille de tous ses avoirs. « J’ai juste levé mes bras et ils ont tout pris. », raconte-t-il aux siens.

Le quadragénaire, bien que physiquement plus imposant, n’a pas pu se défendre face à ces jeunes agresseurs sortis en grand nombre. Comme lui, plusieurs autres habitants de la ville de Douala ont été agressés le même jour. Les assaillants, connus sous le nom de « microbes », ont envahi plusieurs quartiers de la capitale économique, dont Ange Raphaël, Cité sic, Mboppi, Bessengue, Nkongmondo, Deïdo…

Une situation qui fait suite à un incident qui s’est produit la veille au quartier Makéa à New-Bell, dans l’arrondissement, de Douala 2e. Une confrontation entre les Forces de maintien de l’ordre et les dealers de drogue dans ce quartier lors d’une opération sécuritaire, a engendré le décès du jeune Nasser Arafat Tanko. « Si l’incident du quartier Makéa à Douala 2e ayant opposé nos Forces de maintien de l’ordre à un groupe de dealers en matière de spéculation de la drogue a enregistré le décès de Nasser Arafat Tanko, suivi d’une tentative de vandalisation de l’hôpital Laquintinie par une bande de jeunes dudit quartier en furie, l’ordre y a été rétabli par nos forces de sécurité et permis l’inhumation dans la tranquillité du Décujus, en conformité avec les us et coutumes musulmans », a expliqué le gouverneur de la région du Littoral dans un communiqué publié le 14 décembre 2022.

 

microbes à Douala Insécurité
Samuel Dieudonné Ivaha Diboua

microbes à Douala Insécurité, panique et de psychose orchestrée par des gangs dans la capitale économique

Au cours d’un point de presse tenue le mercredi 14 décembre 2022, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, est revenu sur la journée agitée de mardi.  « La journée du 13 décembre 2022 s’avère être une manipulation de colporteurs de fausses nouvelles visant à perturber la quiétude de nos populations à des fins politiciennes », déclare le gouverneur. Il ajoute : « Autour de 18h de la journée en question, un groupuscule de mototaximen passe à grande vitesse dans certains carrefours ameutant les foules et éprouvant un malin plaisir à annoncer l’arrivée des microbes dans ces zones (…) Au résultat, aucun microbe véritablement rencontré. »

Face à cette insécurité qui menace la ville de Douala, le gouverneur de la région du Littoral prescrit à titre conservatoire, certaines mesures restrictives. Notamment : la suspension de la circulation des mototaxis dans la ville de Douala de 20h à 6h, jusqu’à nouvel avis ; l’interpellation des colporteurs systématique de fausses nouvelles, y compris dans les réseaux sociaux et leurs complices et leur déféremment devant les parquets compétents, l’interdiction du port d’armes blanches et la fermeture des débits de boissons dans certains quartiers de Douala. Benjamin Mboutou, le préfet du wouri va plus loin et arrête la fermeture des débits de boissons entre 19h-30 et 6h. Précisément dans les quartiers ci-après : Deïdo au lieu-dit rue de la joie, Nkongmondo, carrefour Ndokoti, Makéa, carrefour Bijoux Bonamoussadi, sont entre autres quartiers touchés par l’arrêté.

Michèle EBONGUE

A lire aussi :  Sécurité routière : A Bépanda Bonabo, les habitants réclament des panneaux de signalisation

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.