Médias : L’open data utile pour traiter les inégalités hommes-femmes
Pendant la présentation, le vendredi 18 mars 2022 à Tunis

Pour mieux informer sur les problématiques liées au genre, les données ouvertes sont incontournables pour mettre en exergue certaines réalités essentielles dans la lutte contre les inégalités hommes-femmes.

Lorsqu’on traite des sujets sur les inégalités hommes-femmes, avoir des données disponibles et exploitables est un atout pour le journaliste. Cependant, il n’est pas toujours évident pour les hommes et femmes de médias d’avoir facilement accès à l’open data (données ouvertes), qui est une niche d’informations importantes pour ressortir les disparités entre les deux sexes. Il est dont important de savoir où et comment trouver les données utiles. « Contrairement à la croyance populaire, les données sur le genre ne concernent pas uniquement les femmes, ou les questions relatives aux femmes, mais englobent l’ensemble du cycle qui recoupent tous les secteurs », explique Marianne Bouchard, présidente et fondatrice de HEI-DA, une organisation à but non lucratif qui crée des projets et des programmes innovants en data journalisme et l’open data.

Aux deuxièmes Assises internationales de journalisme de Tunis, qui se sont déroulées sous le thème « l’urgence de journalisme », Marianne Bouchard et Paul-Joël Kamtchang ont démystifié les contours de l’Open data sur le genre. Ceci, au cours de l’atelier sous le thème, « Utiliser l’open data pour lutter contre les inégalités femmes-hommes ». Pour ce panel, en plus d’informer, les données permettent de tracer, mesurer l’évolution, les disparités et les aberrations, et aussi amènent une pertinence supplémentaire à un sujet.  Elles sont disponibles entre autres, sur les plateformes et sites des organisations de la société civile, des institutions étatiques et non étatiques, et autres.

A lire aussi :  Grand-Nord : Au moins 15 000 arbres plantés entre 2019 et 2021

Mais, souligne cette équipe, le facteur genre reste trop peu répertorié dans la collecte des données et lorsqu’il l’est, c’est souvent de manière disparate et donc peu exploitable. Pour remédier à cette insuffisance grâce à l’open data, il est recommandé de traiter davantage des sujets relatifs à la place de la femme dans la société, intégrer les facteurs genre dans la liste de questionnement, encourager les médias à se spécialiser dans le traitement des données liées au genre… Cet atelier, fait partie de plus d’une cinquantaine placée sous diverses thématiques liées au journalisme, qui ont meublé les deuxièmes Assises internationales de journalisme, qui ont réuni du 17 au 19 mars 2022 à Tunis, plus de 700 journalistes venus de 32 pays pour partager leur expérience et réfléchir sur l’état des lieux et les perspectives du journalisme.

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Médias : 16 cas d’agression contre les journalistes recensés entre 2019 et 2021 au Cameroun

Marie Louise MAMGUE, de retour de Tunisie

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.