Prise en charge des prématurés : 3 nouveau-nés sur 10 décèdent de suite de complications
Une couveuse. Le Cameroun doit renforcer la capacité d’accueil dans les hôpitaux

Prise en charge des prématurés : 3 nouveau-nés sur 10 décèdent de suite de complications

Selon des personnels de santé, l’insuffisance du plateau technique dans les formations hospitalières du Cameroun reste la principale cause de la mortalité des prématurés La Prise en charge des prématurés.

Au Cameroun, « la prématurité constitue un problème de santé publique majeur avec 28% de prématurés, soit trois nouveau-nés sur dix, qui décèdent de suite de complications liées à la prématurité », a déclaré le 17 novembre 2023, le ministre de la Santé publique (Minsante), Manaouda Malachie, lors de la journée mondiale de lutte contre la prématurité La Prise en charge des prématurés.

Une situation liée en partie, à la défaillance du plateau technique selon le personnel médical. « Au Cameroun, la réelle cause du décès des prématurés est la défaillance du plateau technique. La ville de Yaoundé à elle seule compte plus de 50 couveuses, seule une trentaine est opérationnelle La Prise en charge des prématurés. Dans la région de l’Ouest, on n’en compte pas plus de 10. Même son de cloche dans le Septentrion », souffle sous anonymat un pédiatre.

Des défaillances qui font beaucoup de victimes dans les hôpitaux, à en croire Monique B., qui se souvient avoir perdu ses triplés dans un hôpital du Nyong et Kellé à cause d’une absence de couveuse. Comme elle, Aurélie T a vécu le même cauchemar.  « Il y a deux ans un 17 novembre, mon bébé est né prématuré à 33 semaines. Malheureusement, elle n’a pas survécu La Prise en charge des prématurés. Le plateau technique doit-être renforcer dans les hôpitaux au Cameroun. Le gouvernement doit vraiment y veiller », confie avec beaucoup d’amertume cette mère.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms), les prématurés dans les pays à revenus faibles meurent en raison d’un manque de soins réalisables et rentables tels que la protection par la chaleur, le soutien à l’allaitement les soins de base contre les infections et des suites de difficultés respiratoires.

« La prématurité est le fait d’accoucher avant la date prévue, soit avant 37 semaines d’aménorrhée (SA). On en compte deux à savoir : la prématurité spontanée qui est souvent causée par la rupture prématurée des membranes et la prématurité induite celle-ci est décidée par l’équipe obstétricale en raison des risques pour la mère ou pour l’enfant », explique Rosalie Tagne, infirmière accoucheuse La Prise en charge des prématurés. Elle souligne qu’il existe trois types de prématurités, la prématurité moyenne qui concerne la naissance entre la 3e et la 36e semaine d’aménorrhée, la grande prématurité, naissance entre la 28e et la 32e semaine d’aménorrhée et la très grande prématurité dont la naissance intervient avant 28 semaines, dont 6 mois de grossesse.

Mélanie Ambombo

A lire aussi :  Mortalité néonatale : le décès des bébés prématurés chute de près de 40 % à l’Est

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.