Santé : L’hôpital Laquintinie de Douala séquestre 2 enfants de 4 et 5 mois pour factures impayées.
les femmes insolvables de Laquintinie.jpg

Internés depuis le mois d’octobre 2020, ces malades y sont pris en otage en raison de leur insolvabilité. Alors que l’un des enfants a déjà terminé son traitement, celui dont le diagnostic a révélé un trou dans le cœur, est privé des soins depuis le 19 novembre 2020.

Cheveux décoiffés, vêtue d’une robe blanche à pois noir, des sandales aux pieds, Ultriche Kengne a l’air épuisée. Il y a 5 mois, la maman de 25 ans, assise sur le lit Nº58 de la salle 7, au 2e niveau du bâtiment Urgence Pédiatrique de l’hôpital Laquintinie de Douala a célébré la venue de son premier enfant, Ange Gabriel Fokou Bissai.

Quelques mois seulement après sa naissance, le nourrisson souffrant d’une infection pulmonaire a été interné dans cet hôpital de référence de 2e catégorie. Le bébé est mis sous assistance respiratoire pendant 2 semaines. « La pédiatre a dit que ce n’était pas normal que l’enfant soit sous oxygène pendant 2 semaines. Elle a demandé de faire une échographie du cœur », explique Ultriche Kengne, la primipare.

Incapable de payer à l’instant cet examen dont le prix s’élève à 35.000F Cfa, Ultriche va attendre 3 jours pour le faire, après autorisation du bon vert (crédit octroyé au malades Ndlr). L’examen dévoile que Ange Gabriel a un trou dans le cœur et ne souffre pas d’une infection pulmonaire comme a révélé le premier diagnostic.

Après plusieurs semaines de traitement, l’enfant a fait une rechute et est à nouveau mis sous assistance respiratoire. Une situation qui nécessite l’intervention d’un cardiologue, apprend sa mère, car l’infection est mal soignée. « Le traitement administré n’était pas approprié pour l’enfant selon le cardiologue », a rapporté la jeune maman.

Factures impayées

Dans l’impossibilité de payer les factures de la nouvelle ordonnance dont le traitement journalier s’élevait à 20.300F Cfa, pour une durée de 7 jours, soit 142.100 F Cfa au total, l’hôpital lui a proposé de payer les factures et de signer le bon de sortie. Elle est internée depuis le 18 octobre 2020.  Le montant à payer s’élève à 244.4050 F Cfa, sans compter les frais d’hospitalisation, soit 2.000 Fcfa la journée. La maman a déjà déboursé environ 180.000 F Cfa pour le traitement de son fils, et est dans l’incapacité de payer la totalité de la facture.

Dans cette salle de 8 lits, 3 sont occupées par trois autres femmes, qui comme Ultriche sont incapables insolvables. A l’instar d’Aceline Motsem Mouafo, maman de Charma, âgée de 4 mois.

Admise dans cette formation sanitaire le 29 octobre de la même année, elle a été autorisée de sortir le 19 novembre 2020. Cependant, la maman n’a pas pu payer ses factures qui s’élèvent à 381.000 F Cfa, sans les frais d’hospitalisation. Sa fille, née prématurée d’une grossesse gémellaire dont la sœur est décédée la veille de son hospitalisation, souffrait d’une bronchiolite. Charma qui devait gagner le domicile familial depuis plusieurs semaines, est encore gardée à l’hôpital à notre passage, le 3 décembre 2020.

Contrairement à la fille de Charma, Ange Gabriel a encore besoin des soins pour survivre. Seulement, il n’en reçoit plus depuis le 19 novembre 2020, selon la maman. Abandonnée à elle-même, Ultriche ne sait à quel Saint se vouer, et craint désormais pour la vie de son enfant de 5 mois seulement, dont le trou dans le cœur n’est toujours pas soigné.  « Je ne sais pas ce qui peut se passer entre temps, surtout qu’aucun soignant n’est plus passé. Hier (le 2 décembre 2020 Ndr) encore il a fait une crise. J’ai essayé de nettoyer les narines, comme on m’a montré », regrette-t-elle. Au service social de l’hôpital, Ultriche est informée que pour la laisser partir, elle doit au moins payer 15% de ses dettes. Une autre équation impossible pour cette femme qui vit dans une extrême pauvreté.

Correspondance

Dans une correspondance qui date du 26 novembre 2020, dont DataCameroon a eu copie, Me Barnabé Youdom, avocat au barreau du Cameroun sollicite du directeur de l’hôpital Laquintinie de Douala, d’ordonner la mise en liberté des patients enfin de donner à ces enfants qui n’ont pas demandé à naitre une chance de survie. Datacameroon a tenté en vain de joindre le Dr. Noel Essomba, le directeur dudit hôpital, qui n’a ni décroché les appels, ni répondu au message qui lui a été envoyé.

Une autre affaire de séquestration des malades dans les hôpitaux publics pourtant proscrite par le Ministre de la Santé publique. « J’ai l’honneur de Proscrire, pour compter de la date de signature de la présente lettre, la séquestration des patients indigents dans les formations sanitaires publiques…Bien vouloir, toutes affaires cessantes, libérer tous les patients qui se trouveraient ainsi retenus dans vos formations sanitaires respectives, en raison de leur insolvabilité, et me rendre compte instamment de vos diligences et des coûts relatifs », a communiqué  le 14 mars 2020,  Malaouda Malachi, ministre de la Santé publique.

Michèle EBONGUE

1 thought on “Santé : L’hôpital Laquintinie de Douala séquestre 2 enfants de 4 et 5 mois pour factures impayées.

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.