Elections régionales : L’unique centre de vote du Wouri, placé sous haute sécurité.
Source- Elecam_DataViz by ADISI-Cameroun

A Douala, 4 salles ont été mises à la disposition des électeurs dans le cadre des élections régionales, soit 1 pour les 69 chefs traditionnels, et 3 pour les 267 conseillers municipaux qui doivent élire les 35 Délégués départementaux du Wouri.

Environ 5 membres des Forces de maintien de l’ordre sont postés devant le Lycée Joss de Douala ce dimanche 6 décembre 2020, jour des élections régionales au Cameroun. Pour avoir accès à ce seul centre de vote du département du Wouri, il faut passer par ces hommes en tenue. Dans l’enceinte de l’école, un autre contingent est reparti de part et d’autre, impossible de les dénombrer. Un véhicule de la gendarmerie, constitué d’une caméra de surveillance est garé non loin des bureaux vote.

5 salles ont été mises à la disposition des électeurs, soit 1 pour les 69 chefs traditionnels, 3 pour les 267 conseillers municipaux, et 1 autre qui sert de guichet. Chaque électeur reçoit la somme 50.000F Cfa. De toutes ces salles, seule celle réservée aux chefs traditionnels affiche un aspect particulier. Elle est parée de feuilles mortes de pailles, symbole de la chefferie au Cameroun. « La distinction est visible dans les bureaux de vote. Ce dispositif a été mis en place, pour que les chefs traditionnels se sentent véritablement dans leurs cocons lorsqu’ils vont voter », indique Emmanuel Kwa Dicka, Délégué régional pour le Littoral de Election’s Cameroon (Elecam).

Ces premières élections régionales aboutiront au choix des 20 conseillers régionaux qui représenteront l’autorité traditionnelle dans le Littoral et des 35 Délégués départementaux du Wouri où trois partis politiques sont en lice. Notamment, le RDPC, le PCRN et l’UPC.

Lire aussi : https://datacameroon.com/elections-regionales-3-partis-en-lice-dans-le-wouri/

A en croire Ernest Edimo, maire de Douala VI et par ailleurs président de la commission de la campagne électorale, l’organisation de ces élections est une preuve que les choses s’améliorent au jour le jour. « Qui n’accepte pas les critiques n’avance pas.  Il y a eu beaucoup de critiques de plusieurs partis, et les choses se sont améliorées pour que les gens se sentent satisfaits », indique-t-il.   Une appréciation qui n’est pas très éloignée de celle de Serge Espoir Matomba, président du Peuple uni pour la rénovation sociale (Purs) et conseiller municipal dans la commune de Douala IV.  « Pour l’instant, je ne note pas d’incidence majeure. On attend la fin de la journée pour pouvoir avoir une appréciation ferme », souligne-t-il.

« Villes mortes »

A en croire sa Majesté Zacharie Koloto Ebaha, Chef de 3e degré de Ngodi-Bakoko, ces élections sont une fierté pour les chefs, même si elles viennent à peine de se tenir. « Je voudrais juste attirer l’attention de ceux ou du candidat pour lequel les chefs traditionnels ont émis leurs voix, de pouvoir tenir avec rigueurs les besoins de nos populations », a-t-il souligné.

Venu apprécier le déroulement des élections, le Gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, atteste que le votes ont commencé à l’heure, malgré le fait que les électeurs viennent à leur rythme. « Nous pensons qu’en fin de journée, nous aurons une certaine forme de cadence. Vous constatez également que les bureaux de vote sont sécurisés et que les populations de la zone Littoral vaquent normalement à leurs activités. Rien n’est arrêté, nous voulons une fois de plus remercier les populations qui n’ont pas cédé à certain mot d’ordre. Il était annoncé des villes mortes du 4 au 7 décembre 2020, nous constatons que ces villes ne sont pas encore mortes », a-t-il conclut.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.