Société civile : Les initiatives d’influence en hausse de 10%

Société civile : Les initiatives d’influence en hausse de 10%

C’est ce que révèle l’Index 2021 du suivi environnemental Société civile par les OSC dans le bassin du Congo.

La deuxième édition de l’Index du suivi environnemental par les Organisations de la société civile (OSC) dans le Bassin du Congo vient d’être publiée. D’après cette étude, le nombre d’initiatives d’influence engagées des OSC auprès des décideurs a été moyen en 2021. Une situation qui s’explique par la faible planification et évaluation de ces organisations de la société civile.

Comparé à la précédente édition de 2019-2020, ce rapport de la Word ressources Institute et du Norway’s International Climate and Forest Initiative (NICFI) relève néanmoins une augmentation du nombre d’actions d’influences. Soit plus de quatre, avec une hausse de 10%, perceptible grâce à des rapports ou autres données sur internet.

Cependant, les actions de suivi des OSC ne sont pas systématiquement prises en compte par les décideurs.  Pour cause, l’habituelle disparité des intérêts de l’Etat et celle des ONG. Du fait de leurs engagements et des objectifs visés par les deux partis. Et lorsque les décisions sont prises, il est difficile pour ces organisations de la Société civile de dire si elles sont prises à la suite des actions de suivi menées.

Il est à noter que les actions de suivi menées par certaines organisations ont déjà conduit aux décisions prises par l’administration. Notamment aux suspensions et paiement d’amendes par certaines sociétés forestières. Une initiative des plaidoyers et actions d’influence menées. Ce constat fait lors de la précédente édition explique en effet le statu quo de la prise de mesures suite aux actions de suivi menées par ces organisations de la Société civile.

 

L’édition 2021 de l’Index du suivi environnemental par les OSC dans le Bassin du Congo avait pour point focal la gestion des ressources forestières au Cameroun et en République Démocratique du Congo. Il a été produit grâce à l’appui financier de l’Agence Norvégienne de Coopération au Développement (NORAD) dans le cadre du projet « Supporting Independent Forest Monitoring through the Open Timber Portal ».

Michèle EBONGUE

A lire aussi :  Exploitation forestière : La société civile très peu impliquée dans les prises de décision

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.