Transport : 54% des accidents routiers surviennent le week-end au Cameroun
Sources : Gendarmerie nationale-OMS-Mintransport/DataViz by ADISI-Cameroun

Même si les données de 2020 sont encore en attente, la mortalité routière est restée importante sur le territoire national, passant de 782 en 2018 à 937 décès en 2019, soit une hausse de 155, alors qu’ils avaient baissé de 259 en 2017.

A l’agence Avenir Voyage ce mercredi 30 décembre 2020 dans matinée, aucun bus n’est perceptible à l’extérieur. Contrairement aux précédents jours, la circulation est fluide à cet endroit pourtant renommé embouteillé à cause du désordre urbain qu’engendre les véhicules de l’agence. Les chargeurs qui se discutent très souvent les clients sont quasi absents. Il n’y a ni cris, ni bagarres, car l’agence est fermée. Deux bus y sont gardés, et aucun responsable n’est présent. Pour tout renseignement, il faut se diriger vers les riverains confondus aux chargeurs, installés devant l’agence. « Avenir a fermé depuis hier. C’est vers 17h, lorsque je suis arrivé ici, que j’ai fait le constat », indique l’un d’entre eux.

Sources : Gendarmerie nationale-OMS-Mintransport/DataViz by ADISI-Cameroun

Cette cessation provisoire d’activité est due à la suspension de cette agence de voyage. Elle a été à l’origine d’un accident de circulation survenu dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 décembre 2020 sur l’axe Yaoundé-Bafia dans l’arrondissement de Ndikiniméki. Cet accident a fait 35 morts et 18 blessés au 27 décembre 2020 selon le ministre des Transports (Mintransports), qui n’a pas hésité à suspendre l’agence Avenir voyage à titre conservatoire pour une durée d’un mois. Le motif de la suspension est la violation grave de la réglementation en vigueur.

« Triangle de la mort »,

Joint au téléphone, Securoute, une organisation non gouvernementale spécialisée dans la sensibilisation, la prévention, et l’éducation au risque routier informe que les chiffres de 2020 sur les accidents routiers ne sont pas encore disponibles. A en croire le Mintransports lors d’une rencontre avec la presse, les routes camerounaises ont fait 937 morts en 2019.  En 2018, d’après les données de la Gendarmerie nationales publiée le 27 juin 2018 sur le site de la Cameroon radiotélévision (Crtv), 782 décès ont été recensés. Tandis que 2017 en a fait 937, sur les 2 344 accidents enregistrés. 2 895 et 2896 accidents de la route ont respectivement été déclarés en 2016 et 2015, avec 1 196 et 1 095 morts.

A lire aussi :  Bois en grumes : Le droit d'exportation fixé à 60% de la valeur FOB 

Dans son rapport 2018 sur les performances du pays en matière de sécurité routière, l’Organisation mondiale de la santé (Oms) indique que le Cameroun enregistre en moyenne plus de 16 000 accidents de route chaque année. Le nombre de morts moyen par an se chiffre à plus de 1 200, précise cette étude.

46% des accidents, relève la Gendarmerie nationale, se sont produits sur la boucle Yaoundé-Douala-Bafoussam-Yaoundé entre 2016 et 2017. Ce trajet qui a fait 50% de morts lui a valu l’appellation de « triangle de la mort », a elle- mentionné. Selon elle, 70% des causes de ces accidents sont humaines, tandis que 20% d’entre elles sont matérielles, et 10% infrastructurelles. Les week-ends, souligne cette source, sont les moments les plus propices aux accidents de la route, car ils enregistrent un taux de 54%.

D’après le rapport d’« évaluation de la performance en matière de sécurité routière (Epsr) Cameroun d’août 2018 », les accidents urbains ont connu un accroissement moyen annuel de près de 14 % à partir de 2008. Ils atteignent un pic de 18 807 accidents en 2012, un nombre qui a néanmoins baissé en 2013 et qui est passé à 5 716 accidents en 2014. Ce qui indique une diminution de près de 70 % des accidents entre 2012 et 2014. « L’insertion du nombre d’accidents de 2015 comme donnée de triangulation fait ressortir une hausse de 100 % entre 2014 et 2015, juste après un infléchissement de plus de deux tiers, ce qui présente de ce fait une situation atypique », souligne l’Oms.

Michèle EBONGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.