Allaitement maternel : Seulement 41 % des enfants de 0 à 6 mois exclusivement nourris au sein dans le monde
Ces enfants dans le monde qui ont besoin d'une bonne alimentation

Selon l’Oms et l’Unicef qui encouragent les femmes à continuer d’allaiter durant la pandémie du Covid-2019, l’allaitement maternel est menacé du fait de la saturation des systèmes de santé.

La pandémie du Covid-19 rend encore plus difficile la pratique de l’allaitement maternel dans le monde. D’après l’organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) dans un rapport publié le 27 mai 2020, les services de santé qui facilitent l’allaitement maternel, y compris les services de conseil et d’aide professionnelle à l’allaitement, sont fragilisés à cause de la crise sanitaire. Les mesures de prévention de l’infection comme la distanciation physique font qu’il est difficile d’assurer les services de conseil de proximité et d’entraide entre mères, ce qui permet aux fabricants de substituts du lait maternel d’exploiter la crise pour saper l’adhésion à l’allaitement maternel.

Pourtant, expliquent ces agences onusiennes, les enfants exclusivement nourris au sein risquent 14 fois moins de mourir que les autres bébés. Or à l’heure actuelle, seulement 41 % des enfants de 0 à 6 mois sont exclusivement nourris au sein. Un taux que les États Membres de l’OMS se sont engagés à porter à au moins 50 % d’ici à 2025. Elles relèvent que la commercialisation des substituts du lait maternel continue à saper les efforts déployés pour accroître les taux d’allaitement maternel, et la crise de la Covid-19 vient aggraver cette menace. « À mesure que la pandémie de Covid-19 progresse, les agents de santé sont mobilisés pour y faire face et les systèmes de santé sont mis à rude épreuve. À un moment pareil, l’allaitement maternel peut protéger la vie de millions d’enfants, mais les nouvelles mères ne peuvent allaiter sans l’aide des soignants. Il faut, plus que jamais, redoubler d’efforts pour que chaque mère et sa famille reçoive d’un agent de santé qualifié les conseils et l’aide dont elle a besoin pour allaiter son enfant, dès la naissance, où que ce soit. », explique le Dr Victor Aguayo, chef de la Nutrition à l’UNICEF.

Cette étude relève que malgré les efforts déployés pour mettre fin à la promotion nocive des substituts du lait maternel, les pays ne parviennent toujours pas à protéger les parents contre les informations trompeuses. Les femmes sont donc encouragées à continuer d’allaiter au sein durant la pandémie de Covid-19, même si elles souffrent d’une Covid-19 confirmée ou présumée.

L’OMS et l’UNICEF recommandent d’allaiter les enfants exclusivement au sein pendant les six premiers mois et de poursuivre l’allaitement maternel en introduisant d’autres aliments sûrs et nutritifs jusqu’à deux ans voire au-delà. Jusqu’à présent, le virus actif de la Covid-19 n’a été décelé dans le lait maternel d’aucune femme présentant une Covid-19 confirmée ou présumée. Il y a par conséquent peu de chances pour que la Civid-19 puisse se transmettre par l’allaitement au sein ou par le lait tiré d’une mère chez qui la Covid-19 est confirmée ou soupçonnée. Les femmes contaminées ou soupçonnée peuvent par conséquent allaiter si elles le souhaitent, en respectant les mesures d’hygiène.

Marie Louise MAMGUE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.