Barrage hydro électrique au Cameroun

Cet investissement de prêt qui s’étendra sur les 12 prochaines années, permettra au fournisseur local d’énergie électrique, Eneo, qui requiert les mesures d’accompagnement du gouvernement, à réhabiliter, renforcer et accroître les réseaux de distribution nationaux.

The Energy of Cameroon (Eneo), le fournisseur d’énergie d’électricité au Cameroun, envisage pour les 12 prochaines années, un investissement de près de 500 milliards F Cfa, dont plus de la moitié dans la réhabilitation, le renforcement et l’extension des réseaux de distribution. La mobilisation d’un tel volume d’investissement, explique cette structure dans son  rapport annuel 2018, requiert des mesures d’accompagnement qu’elle a sollicité auprès du Gouvernement. Ces projets d’investissement entrent dans le processus de développement du secteur de l’électricité qui a connu des avancées notables au cours de l’année écoulée, qui cependant, ne satisfont pas encore complémentent les attentes des consommateurs.

En effet, en 2018, même si cet opérateur lié à l’Etat du Cameroun par un « Contrat cadre de Concession et des Contrats dérivés », reste très endettée vis-à-vis de ses partenaires, elle se réjouit de nombreux progrès enregistrés dans sa modernisation, dans plusieurs segments d’activités.

« En 2018, la contribution des ouvrages de production d’Eneo à la satisfaction de la demande en énergie du pays s’est améliorée par rapport à 2017, suite à un accroissement de l’énergie produite de2,55%. De plus, on enregistre une réduction significative des délestages, de l’ordre de 5,6%. Ceci a contribué à légèrement faire tomber le taux global d’énergies non distribuées sur l’année », souligne cette structure détenue à 51%, par le fonds d’investissements britannique- Actis. Une chute des coupures intempestives d’électricité, qui n’est   pas encore très ressentie dans plusieurs localités du pays à en croire certains témoins, surtout dans les zones rurales.

A lire aussi :  Santé locale : 16% des populations participent aux actions des communes

Du moins, explique-t-elle, cette évolution positive (80,9% à 82,6%) est due principalement à l’amélioration de la maintenance des ouvrages hydroélectriques (travaux de sécurisation du barrage de Songloulou, et de révision à Edéa, etc.) qui a contribué à la réduction des incidents et à la mise à contribution des principales centrales thermiques, telles que Limbe, Bamenda, Ahala, Ebolowa, Mbalmayo, Oyomabang, Maroua, afin de résorber le déficit énergique et améliorer le plan de tension. Globalement, précise Eneo, les durées et fréquences des interruptions ont baissé, de 13% et 8% respectivement, par rapport à 2017. Ceci a induit une légère amélioration de la qualité de service. Par ailleurs, l’impact de l’augmentation des équipements défectueux et des travaux programmés sur le réseau de distribution a été considérable.

Au rang des innovations, Enéo a introduit dans le circuit plus de 8000 compteurs intelligents. Ces compteurs dits « communicants », qui remplacent ceux dits«électromécaniques » ou classiques existants, offrent l’avantage de mesurer la consommation d’énergie en apportant plus d’informations que les compteurs classiques. Ils peuvent transmettre et recevoir à distance des données sur le service.

En 2018, cette structure indique que les engagements contractuels en matière de branchement (73 871) ont été tenus, avec le raccordement au réseau électrique de 81 296nouvelles familles et entreprises en 2018. Le raccordement à l’électricité est dans le top 3 des meilleurs scores du Cameroun dans le Rapport « Doing Business » de la Banque Mondiale depuis quelques années.

Eneo est une société d’économie mixte au capital détenu à 51% par le groupe Actis, à 44% par l’Etat du Cameroun et à 5% au personnel.

A lire aussi :  «Getting involved, - Africa-Europe Dialogues» forum: giving voice to the youth!

Marie Louise MAMGUE