Santé mentale : Près de 20% des adolescents souffrent des troubles

L’UNICEf et l’OMS tirent la sonnette d’alarme sur les taux alarmants d’automutilation, de suicide et d’anxiété parmi les enfants et les jeunes du monde.

La santé mentale des enfants et jeunes, inquiètent l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF). Dans un communiqué publié le 5 novembre 2019, ces agences Onusiennes indiquent que près de 20% des adolescents dans le monde, souffrent de troubles mentaux. Les victimes de ce problème de santé, se recrutent dans toutes les couches sociales, riches, comme pauvres, a dénoncé Henrietta Fore, la directrice de l’UNICEF.

Selon l’UNICEF, la moitié des troubles mentaux commencent avant l’âge de 14 ans. Il faut ainsi se doter de stratégies urgentes et innovantes pour les prévenir, les détecter et, si nécessaire, les traiter à un âge précoce. Une mauvaise santé mentale peut avoir des effets importants sur la santé générale et le développement des adolescents. Elle est associée à de graves conséquences sur le plan sanitaire et social, parmi lesquelles, la consommation accrue d’alcool, de tabac ou de substances illicites, la grossesse adolescente, l’abandon de la scolarité et des comportements délinquants.

Des études menées récemment ont permis de constater que les problèmes de santé mentale, en particulier la dépression, sont la principale cause de morbidité chez les jeunes. Le suicide est la deuxième cause de décès chez les 15-19 ans dans le monde. Environ 15% des adolescents des pays à revenu faible ou intermédiaire ont envisagé de se suicider.

A en croire ces deux agences Onusiennes, le coût des troubles mentaux n’est pas seulement personnel, il est aussi sociétal et économique. Pourtant, la santé mentale des enfants et des adolescents est souvent négligée dans les programmes de santé mondiaux et nationaux. « Trop peu d’enfants ont accès à des programmes qui leur apprennent à gérer des émotions difficiles. Très peu d’enfants atteints de troubles mentaux ont accès aux services dont ils ont besoin », déplore le Directeur général de l’OMS, Dr TedrosAdhanomGhebreyesus qui souhaite que les choses changent.

A lire aussi :  Bois en grumes : Le droit d'exportation fixé à 60% de la valeur FOB 

Pour cela, l’OMS encourage les gouvernements à mettre les troubles mentaux des adolescents, au cœur des priorités de santé. Il est également recommandé, aux agents de santé d’avoir les compétences nécessaires pour communiquer avec les jeunes, détecter les problèmes de santé mentale de façon précoce et fournir des traitements, notamment des conseils, des thérapies cognitives et comportementales et, le cas échéant, des médicaments psychotropes.

Marie Louise MAMGUE