Can 2021 : A Garoua, les supporters prennent d’assaut le domicile d’Aboubakar Vincent

La maison familiale du capitaine des Lions indomptables au quartier Marouaré a été envahie par les fans de l’équipe nationale lors du match d’ouverture de la Can Total Energies 2021.

Un grand drapeau du Cameroun placé à l’entrée principal oriente les fans à la recherche de l’ambiance. C’est plus qu’une fan zone sous le manguier situé en pleine cour de la maison familiale d’Aboubakar Vincent, le capitaine des Lions Indomptables à Garoua. L’accueil est organisé par Michel Dior, le frère ainé du natif de Roumdé Adjia. « On était préparé à accueillir les gens aujourd’hui », lance-t-il, transportant un casier de bière vers l’entrée du bâtiment.

Les chaises ont été placées et les occupants arrivent à compte goûte. Le poste téléviseur diffuse l’ambiance d’avant-match. Il est 16h30min à Marouaré. Les sœurs du numéro 10 des Lions Indomptables du Cameroun sont au four et au moulin. La maison est pleine comme un amphithéâtre. Le match d’ouverture de la CAN entre le Cameroun et le Burkina Faso est imminent ce 09 janvier 2022. Un jeune habillé aux couleurs des Lions impose un standing ovation pour chanter l’hymne national du Cameroun. L’offensive créée par Aboubakar Vincent à la 7ème minute suscite des réactions chaudes et fortes calmées par le but burkinabé à la 24e minute. « Mon grand va marquer », lance un jeune âgé d’environ 9 ans tout en sifflotant désespérément son vuvuzela.

L’arbitre algérien accorde un penalty aux Lions et Aboubacar Vincent marque. Eugénie Toikem, l’une des sœurs du sociétaire d’Al-Nassr pique une course pour se cacher dans la chambre. « Je n’ai pas envie de voir qu’il rate le penalty là », justifie-t-elle avec patriotisme. Il en est de même que sa sœur Djamilatou Hortense qui tourne le dos à l’écran. Sons de vuvuzela, de casier, le but est célébré dans une ambiance de bar.

Le deuxième but retiendra plus l’attention des supporters arrosés par des casiers de bière. Des chants en fulfulde de part et d’autre. « Allez les lions, n’acceptez pas que le Burkina Faso passe devant vous », chante en fulfulde un groupe de femmes. Après la victoire des lions indomptables, la ville de Garoua est restée dans l’euphorie jusqu’à tard la nuit. Des jeunes muni des tambours, sifflets, vuvuzela, etc., ont fait le tour de Roumdé Adjia à bord des tricycles, moto ou à pieds. Une foule en liesse dans les artères du quartier Poumpoumré en passant par les hôtels Bénoué où sont logé les bissau-guinéens et Relais Saint Hubert où résident les pharaons d’Egypte. Les Equipes mobiles d’animation populaire urbaine et rurale (Emapur) ont pris le relais. A chaque arrêt, les acteurs esquissent quelques pas de danse au nom des Lions et surtout en prononçant le nom d’Aboubakar Vincent.

Jérôme Baïmélé à Garoua

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.