Can 2021 : Les agresseurs des journalistes algériens à Douala toujours en cavale

Contrairement aux informations qui circulent sur les réseaux sociaux sur une probable arrestation d’un suspect, le gouverneur de la région du Littoral révèle que les enquêtes sont toujours en cours pour trouver les auteurs de l’agression à l’arme blanche de trois journalistes algériens au quartier Bonapriso.

Toujours aucune information sur le groupe de bandits qui a agressé à l’arme blanche trois journalistes algériens accrédités pour la couverture de la Can Total Energies 2021, au quartier Bonapriso dans l’arrondissement de Douala 2e. Selon le gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, « les enquêtes continuent », contrairement aux rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux et qui annoncent l’arrestation d’un suspect. « Nous allons tout faire pour arrêter les auteurs de cette agression. Cette vidéo (Les images d’un individu présenté comme un suspect de cette agression qui circulent sur les réseaux sociaux NDR) n’engage que ses auteurs. Nous continuons de travailler pour que vos effets soient trouvés », déclare le gouverneur.

Pendant la conférence de presse

Samuel Dieudonné Ivaha Diboua et l’ambassadeur de l’Algérie au Cameroun, Boumediene Mahi, sont en effet revenus sur cette agression, au cours de la conférence de presse conjointe qui s’est tenue au service du gouverneur de la région du Littoral à Douala, le jeudi 13 janvier 2022. Il était question pour les deux hôtes d’apporter des précisions sur cet « incident regrettable et isolé » survenu dans la nuit du dimanche 9 janvier 2022. « Aussitôt informé, j’ai pris attache en premier lieu avec les différentes autorités civiles et sécuritaires de la ville de Douala pour prendre en charge sur le plan médical, les victimes de cette agression, et apporter le soutien et la sécurité nécessaire aux Algériens logés à l’hôtel « Y », lieu de l’agression », souligne le diplomate algérien. Il précise : « nous demeurons en contact permanent avec nos frères camerounais compétents, pour suivre de près l’évolution de cette question, notamment en ce qui concerne l’identification et l’arrestation des auteurs de ces forfaits. »

Selon Boumediene Mahi, l’état de santé physique des journalistes s’est amélioré, et ne soulève pas d’inquiétude particulière. En attendant les résultats de l’enquête en cours, les trois victimes en séjour à Douala dans le cadre de la Can Total Energies 2021 vaquent normalement à leur occupation. « Nous sommes ici en mission, et il faut continuer jusqu’à la fin de la compétition », affirme Aïss Awi Mohamed. La capitale économique accueille le Groupe E, constitué de l’Algérie, tenante du titre, la Côte d’Ivoire, la Sierra-Leone et la Guinée Equatoriale.

Marie Louise MAMGUE

Lire aussi…Can/Dahak Mehdi : « Je souhaite que l’enquête avance un peu plus rapidement »  et  Can 2021/Aïss Awi Mohamed : « On se remet progressivement de ce choc »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *.